15-08-2011

De notre nature…

A chaque évènement…selon ce qui se présente, un questionnement se  fait jour…des secousses, plus où moins brutales, voire violentes…qui peut affirmer y échapper…

Comment faisons nous résonner tout ce bouleversement en notre être…Nous raisonnons bien plus dans notre mental…nous figeons des interprétations, nous ciblons un coupable…

Tant de fois,dans des circonstances diverses nous fonctionnons à l’ identique…Il est si naturel de mobiliser son instinct de survie, de se mettre sur la défensive…et ensuite…?

Un pas peut être osé…

Celui qui consiste à reprendre son souffle…laisser le souffle envahir cet espace qui était empli de tumulte, de multiples pensées dispersées, contradictoires et teintées de négativité…

Emotions qui se réveillent, ancrées en nos recoins profonds…ceux qui souvent restent dans l’ obscurité et dont il est souvent plus confortable de les ignorer…dans ces lieux-ci, aussi sombre que certains puissent paraître, émane l’ inconnu…

Tout ce qui vibre en nous, ce que nous acceptons, ce que nous rejetons, ce que nous ne pouvons ni ne voulons voir…la totalité appartient à notre essence…ce que nous sommes, est là…c’ est ainsi…

Ce que nous choisissons de faire détermine qui nous devenons…quels sont les actes que nous choisissons pleinement, dans une saine lucidité…?

Avec humilité, au coeur de notre démarche cette qualité  doit se poser en priorité…avec conviction, celle qui émane de notre être…

Que d’ obstacles avant de reconnaître et renaître à ce processus…faiblesse humaine qui souvent place en premier lieu sa volonté toute personnelle, avec sincérité…avec le profond souhait de bien faire, ou de faire ce qui est possible…

Illusion de ce fonctionnement qui refléte une absence d’ engagement authentique…un déni du souci de l’ autre et une fausse sensation de notre capacité…

Sans le savoir, sans le vouloir, nous y sommes tous confrontés…et tant que notre tiédeur nous endort, nous restons sur place, livrés à nos inquiètudes et confusions…

Il serait essentiel de bien vouloir entendre cela de nous-mêmes…Combien nous sommes attachés à nos opinions à notre sujet…

Comment ouvrir une porte, comment laisser entrer ce souffle nouveau qui  nous éveille et anime nos intentions de sa pure bienveillance, de sa juste fermeté….?

Publié par clairelise dans Non classé | Pas de Commentaires »

29-07-2011

Chaque jour…

Il me semblerait parfois plus juste de dire chaque instant…

Il nous est demandé de nous centrer quant à ce qui est essentiel dans notre vie…démarche authentique où le don de soi tient une place primordiale tant que notre souci de notre être puisse s’y reconnaître…

Complexité de cette voie…peut-être moins qu’il n’ y paraît…La difficulté étant d’ oser s’ affirmer dans ce juste milieu…s’ attacher à le rendre vivant…il est latent, bien souvent, dans le silence de notre coeur, dans ces élans si soudains que rien ne peut entraver…

S’y attacher et entrer dans une démarche qui souvent va à l’ encontre des idées reçues…des opinions hâtives…tant d’ arguments qui sont jetés sans connaissance de ce qui Est véritablement…de ce qui se « joue »en profondeur…ni perception de ce qui impulse cette attitude…

Nos attitudes qui pour la pluspart sont de l’ ordre du relationnel…que se joue-t-il dans nos relations…?

D’être à être…d’humains à humains…Être un être Humain….

Savoir le manifester…tâche authentique qui à chaque instant peut se réveler…nous amenant à nous renouveler dans le regard que nous posons sur nos actions et leurs intentions…

La Liberté de cet acte là…

Rechercher la liberté dans son attitude…discerner ce qui nous améne à agir…

Liberté de vouloir devenir conscient de ce qui anime nos décisions…

Liberté exigeante, celle qui demande à évaluer ce qui est fondamental  à nos yeux…Liberté qui sépare, qui divise, qui surprend…

Liberté d’ être en accord avec soi- même…

Vaste et profonde démarche au coeur de laquelle nous pouvons nous sentir comme égaré, voire divisé…permanence de cette confrontation à de multiples éléments…

Incertitude inhérente inscrite dans tout choix…devenant progressivement nécessité…de quelle nécessité s’agit-il?

Il peut être question de sens, du sens…

La nécessité de donner du sens…

Dés que je me pose cette interrogation…paradoxe,comment puis-je trouver un sens à ce que je fais là, maintenant, en ce moment même?

Il me vient alors à l’ esprit plusieurs arguments…ont-ils la prétention de s’inscrire dans un sens quelconque?

Ce qui s’impose spontanément…un enfant le vit tout naturellement…il est là…présent et sans l’ anticiper, il recherche à vivre le plus intensément l’ instant…il est tout entier dans ce moment qui s’offre à lui avec ce qu’il peut avoir de plaisant, ou de plus contraignant…

Si un échange s’ ouvre à lui…l’ enfant s’y plonge authentiquement et se montre tel qu’il est, à cet instant là…

Naturel vivifiant de la relation Humaine…

Cette manière de vivre les échanges, toute relation est ancrée en nous…Elle a sa part, une place non négligeable qui a besoin d’ être accompagnée de tempérance, voire de discernement…parfois…

Il se peut que cette véritable nature dans nos relations soit si juste…Il se peut que l’ enfant qui évolue en cultivant ses dons devienne un être authentique…souvent, l’ enfant sait dire non à ce qui lui est trés difficile de tolérer…il pose un refus bien légitime…

Ce qu’il ne sait, ce qu’il lui faut apprendre, c’est la patience….

Ce qu’ il ne peut réaliser seul, c’est se protèger…sa vulnérabilité est réelle, tout comme son besoin d’être rassuré …

Pas aprés pas, l’ enfant est amené à confronter ses désirs avec le monde environnant…

Son ressenti profond se heurte aux frustrations incontournables que la vie porte…

Ce qu’il ne voit pas toujours…ce qui est bien…

Il est fondamental qu’ il apprenne à voir son intérêt…à l » affirmer, aussi fondamental est qu’ il s’impregne de ce qui est interdit…La loi en dessine les contours…elle  pose le cadre, plus complexe est de savoir se comporter de manière à préserver ses intérêts sans nuire à autrui…

Apprentissage à long terme…concilier son enfant intérieur, son potentiel de création…le rendre attentif à chaque expérience…lui faire accepter l’ attente…vivre chaque instant avec profondeur…Cet état d’ esprit donne au temps une dimension où la durée devient à peine perceptible…

Laisser l’ enfant oser demander…

Lui permettre de dévoiler cette demande…d’ en comprendre le contenu…

Quelles sont nos demandes, nos attentes?

Que voulons nous dans nos vies, pour nous?

Nous avons des centres d’intèrêt, tous et chacun..;nous nous sentons attirés vers divers domaines…des terrains à découvrir…un investissement de soi dans lequel avancer avec une ouverture de coeur et d’ esprit afin que ce parcours nous enrichisse en profondeur…

Rien ne devrait venir nous dévier de cet engagement, rien ni personne…chacun peut changer son parcours selon qu’ il évalue que ce qu’il entreprend ne correspond pas à ce qu’ il croit avoir à accomplir…

Decouvrir ce qui est notre voie peut se révéler une tâche ambigüe, et des pistes s’ ouvrent sans toutefois répondre à nos voeux…

Rebrousser chemin…ce n’ est pas en ces termes là que la voie se dessine…il serait davantage question de parcours initiatiques…expérience nécessaire pemettant que ce qui se doit d’ être se profile à notre volonté…

ce cheminement exige que nous restions vigilant, perséverant…à nous de continuer à nous investir dans cette oeuvre de tout notre être…accepter que des moments de flottements soient inhérents à notre démarche…refuser que celle- ci s’ insinue dans notre monde relationnel…

Que chacun trouve et se déploie dans sa voie sans limitation de ce qui nous constitue…nous sommes des êtres de relation et celle- ci est au coeur de notre être…

Chacun se livre à une quéte dans le souci de son être…les relations que nous entretenons avec nos semblables s’y inscrivent et sont constituantes de cette réalisation…

Réalisation qui se veut avec une douce volonté, elle nous forge et permet de garder une vision de notre direction…nul autre que soi peut déterminer ce chemin là…et pourtant cheminer avec un compagnon de route, dans une certaine solitude, celle de certains choix…vivre l’ union solidaire, compagnon  bienveillant et engagé à son tour pour l’authentique cheminement…

Ne sommes nous pas nés pour nous retrouver….

Publié par clairelise dans Non classé | Pas de Commentaires »

07-07-2011

Se retrouver…

Partir à la quête de soi…démarche banalisée, voire devenue si évidente qu’ elle en perd sa véritable nature…l’on se croit si souvent dans ce chemin…le seul qui apparaîsse, s’agit-il de courir après le temps, aller le plus vite possible…impatience quasi permanente dans toute entreprise…L’ attente vécue comme un affront…

Perte de temps…que signifie perdre du temps…?

N’ est-on pas cependant dans une course toute autre, celle qui recherche la satisfaction liée  à nos attentes…?

Véritable révélation que de découvrir son être pour qu’ il soit simplement…

Combien de  détours et de voies sinueuses à emprunter…un peu à l’ image d’ une spirale…parcourir plusieurs fois , sans que ce soit pourtant complétement de la même manière, des sentiers qui nous donnent la sensation du déjà vu…

Parcours initiatique où il nous est demandé paradoxalement un abandon total dans la confiance, l’ expression d’ une volonté manifeste de poursuivre ce chemin là…

Nous savons,n’ est- ce pas que nous pouvons reconnaître cela…trouver la juste attitude dans chaque situation…Mais, pourtant, il nous faut un apprentissage tout personnel afin que cette démarche oeuvre en permanence en nous…

Nous reproduisons certains de nos faux-pas plusieurs fois…lentement nous pouvons tous remédier à nos écarts qui selon leur amplitude sont plus où moins lourds à porter…

Mes propos, me font sentir cette démarche…chemin à parcourir encore  et encore…y découvrir d’ autres enseignements selon que nous sommes plus ouverts à les recevoir…

Quel que soit le chemin sur lequel nous avançons, il se présente inlassablement des opportunités destinées à nous faire entendre ce qui est essentiel…ce qui peut nous permettre de déployer un potentiel latent…

Vivre selon ce que nous sommes, tous et chacun dans une profonde humanité…rejoindre ainsi l » essence de notre Être…

Cela va de pair…me semble-t-il avec une révélation de ce qui nous a été donné…être qui nous devons apporte une profonde paix intèrieure…

Être paisible…en paix avec soi-même…exige en priorité un acte de Pardon…

Etape incontournable, dépassement indispensable conditionnant l’accueil de toute paix intérieure…

Cet apprentissage se fait avec certains moments de découragement, incapacité à voir un quelconque bénéfice…ou même reconnaître une certaine progression malgré une sensation de perséverance…ne plus croire en rien et cesser tout effort…impossibilité apparente à trouver un sens à son action…

Et, pourtant, je suis là…chaque instant me demande des comptes…que faire alors…?

Faire le vide de toute pensée…

Publié par clairelise dans Non classé | Pas de Commentaires »

26-06-2011

Liberté…

N’ est- ce pas un terme qui a couté tant de vies…?

Combien de combat au nom de la Liberté…contre l’ enferment de toute sorte…

N’ avons- nous pas tenté de la tuer?

A chaque « avancée » de l’ Humanité, tant d’ actes qui se posent, s’ opposent à la pleine Liberté…celle qui se contient et se reconnaît elle-même ses limites et offre un cadre nécessaire…

Pleine Liberté qui a pu conduire à sa mise à mort…Liberté qui ne peut succomber…Liberté eternellement vivante que nul ne peut enfermer…

Être libre…cheminement au coeur de celle-ci…n’est-elle pas ici en permanence…juste là…silencieuse…invisible…impalbable, mais d’ autant plus présente et attentive…

Elle se reconnait à sa permanente invitation à se reconnaître en elle…à puiser en sa source la légitimité de notre choix, de nos souhaits…de nos actions…

Elle nous semble pourtant si vulnérable et fragile face à l’ injustice…voire inexistante…

Injustice inexprimable qui nous donne à penser que nous sommes dans l’ impasse la plus totale, anéantissement de toute liberté…

Nous traversons des chemins de cette nature…tous…

Questionnement qui se pose…constat…cet autre qui exprime le fait que le parcours de vie qu’il emprunte est si difficile que nul ne peut comprendre ce qu’ il subit, ce qu’ il doit endurer…

Révolte ou quète verbalisée à l’ intention d’ autrui…tant d’ injustice à dire, à faire entendre…accompagnée d’ une attente…laquelle…retouver sa propre liberté volée, dérobée…éloignée…inaccessible…

Qui va me la rendre?

Est-il seulement possible qu’ elle me soit rendue…?

La vie me bouscule…dans tous les domaines, je suis démuni(e)…seul peut me sauver ce qui vient de l’ extérieur…

Est-il juste de raisonner ainsi?

Sui- je à mon tour enfermée dans une révolte professionnelle…sans cesse confrontée à des personnes qui ne savent plus trouver d’ autre alternatives que de chercher un coupable, ou qui l-on trouvé…identifié et personnifié…que ce soit » lui », »elle », la société, le gouvernement, les administrations, la justice…

Qui que ce soit, il est toujours question d’ un autre qui est à l’ origine de ma situation déséquilibrée et je suis dans l’ incapacité d ‘ agir, de trouver la ressource, la voie me permettant d anticiper un cheminement positif …

Aussi, je reste ancrée dans mon ressenti négatif, porteur de rancoeur, alimentée par tant de dysfonctionnement qui sont criants…

Ce que je pose là, comment je le pose, me questionne tout personnellement…avant de continuer ou de ne pas continuer, je veux éclaircir ce point….mes propos actuels sont particuliers…ils renvoient un questionnement professionnel…un positionnement professionnel…et sans doute aussi personnel…

Cette volonté de non jugement…ce vouloir rester acceuillante pour qui que ce soit…et cette nécessité de se positionner professionnellement dans un souci d’ efficience…dans une nécessitée de savoir se protéger à juste titre, ce qui oblige à délimiter son champ d’ action et ses compétences…vaste entreprise qui demande une vigilance et une transparence à soi- même…

Geste complexe…redoublement d’ effort pour relier des paradoxes qui se rejoignent selon l’ angle de perception…

Questionnement permanent…

Questionnement vivifiant qui anime la relation à autrui qui est un au milieu de tous ces autres, face à qui je ssui un , tous deux appartenants à l’ unité de l’ Humanité, à une position différente…la mienne, celle qui me situe dans une fonction avec des services à mettre en pratique…

Quel est le moyen qui s’inscrit dans la ligne de conduite de ce systéme qui pour fonctionner et perdurer doit se fonder sur des régles qui légitimes et définissent son champ d’ action…

Je suis humaine et vit mon travail avec mon coeur du mieux que je peux, cette démarche imprégne mon action, elle ne peut toutefois pas la déterminer dans sa globalité…

Seul l’ accueil est pleinement inscrit dans cette démarche, l’ accueil dans sa fonction bienveillante et appaisante, qui se doit aussi laisser sa place au concret de la situation, du contexte de toute personne…

Nous occupons tous une place, à nous de rechercher au mieux à la vivre dans toute sa dimension…là est le centre de notre Humanité…ici et maintenant, qui je suis dans ce que j’ accomplis…me semble-t-il…

Publié par clairelise dans Non classé | Pas de Commentaires »

19-05-2011

Le juste milieu….

En quel terme nommer cette attitude,ce positionnement de soi…?

Cette manière d’être, ni trop tiéde, ni trop excessive…adopter des comportements qui refletent sans leurre ce que nous sommes, ce que nous sommes amenés à devenir…

Avec éffort, quel est-il? en quoi doit-il y avoir effort…?où est-il nécessaire de se montrer fort?

Reconnaître son juste positionnement, celui qui parfois demande à dire non dans une volonté constructive…

Celui qui permet de dire oui, dans une volonté de soutien…

Deux démarches qui peuvent paraître opposées, qui oeuvrent vers un but commun…

Savoir rester au plus prés de ses valeurs…celles qui nous fondent, nous relient à notre créateur, nous laissent libre et permettent au souffle de vie de nous emplir divinement…

Savoir reconnaître ce qui émerge en terme de valeurs humaines…celles qui doivent rester pleinement vivantes et impregner tout échange quelqu’ en soit le contenu…

Savoir se dire avec authenticité , celle ancrée au coeur de nos valeurs et qui va être le socle de nos propos, teinter nos intentions et nous amener à ennoncer ce qui nous semble juste …ce qui correspond à la réalité d’un lien, d’ un échange humain..;échange humain qui peut avoir des conséquences importantes quant au potentiel et developpement d’ un enfant…d’autre être…

Echange, attitudes qui engendrent de la répetition et de l’ enfermement…ou necessaire attitudes, juste discours pour éveiller l’ autre qui ne sait, ne peut voir ce qui l’ entraine à la chute…

Ce qui à mon sens peut faire la différence…notre positionnement…non pas celui qui s’ inscrit dans les valeurs…celui qui se donne le pouvoir de juger…de juger et de condamner l’ autre, sans en  occuper la fonction…

Je ne suis, ni ne peux être en permanence en accord avec autrui…je peux l’ ennoncer…l’ exprimer respectueusement…je peux penser qu »une action n’ est pas adaptée…ai-je le droit de dire que je sais ce qui est adapté…

Ce devoir Humain de centrer nos choix, nos actes autour des intentions, avec une grande attention à l’ autre…avec le souci de préserver son humanité et de protéger celui qui est vulnérable…

Protéger celui qui est vulnérable et lui reconnaître des droits, celui de toute personne…éviter l’ enfermement d’autrui dans un qualificatif réduteur, négatif…nous sommes tous égaux devant Dieu…

Il nous est demandé de discerner  les actes, de savoir reconnaître ce qui est juste de ce qui l’ est moins ou si peu…tâche difficile…nous ne pouvons de façon radicale trancher entre un bien et un mal…entre le noir et le blanc…Deux extrémes diamétralement opposées…vision qui voudrait que la dualité soit le caractére essentiel de l’ Humanité…

Pourtant cette dualité appartient  au vivant, elle ne peut, me semble- t-il que retrouver son essence dans l’ unité…

Unité en laquelle tout intention prend naissance afin de prendre forme et oeuvrer dans l’ Amour…un acte désinterressé…

Reconnaître cette démarche dans sa profonde liberté, l’Être libre qui use de ce don  et offre au monde son » indivi-dualité » unique…

Démarche libre qui nous demande de la choisir…

Sommes-nous libre lorsque nous appliquons l’ opinion d’ autrui à notre propre pensée…?

Deux dérives nous guettent…se démarquer, faire un pas de côté, se mettre en posisition de disponibilité …c’ est là que le regard d’ autrui se pose  sur  soi… oser ce pas et se confronter à son appréhension accompagnant cette démarche nouvelle…passer du connu l’ inconnu…

Crainte de soi…de cette liberté qui veut se déployer et nécessite que nous acceptions de la laisser nous conduire dans des chemins inexplorés…confiance vivante animée de vigilance …

Publié par clairelise dans Non classé | Pas de Commentaires »

02-04-2011

Du lien …

Est-ce ce lien qui se doit de trouver une voie?

La question du sens de la vie, question sans réponse…réponses multiples à finalité commune…

Dérision parfois portée à ce lien…

Dérision , rejet…au fond, de la souffrance…et toujours cette même difficulté…comment me préserver et rencontrer l’ Autre authentiquement…

Comment Aimer cet autre…?

Aimer…au sens large…d’ un Amour qui me fait rester humain et bienveillant …vrai dans ce que je dévoile à l’ autre…

Aimer ceux qui nous sont proches, les aimer sans s’opposer à leur Liberté…

Aimer, aimer celui qui à son coeur est unique…

Dans ce lien, tant d’éléments , une quéte où nous ne savons au juste ce que nous cherchons…

Pourtant, au coeur de notre Être, cela est inscrit…bien plus…nous rejoignons ce que nous sommes…

 Nous répondons à notre « vérité intérieure »…

Seulement , le chemin est ardu…

Peut-être faut-il être deux pour réaliser ce voyage…

Avancer accompagné de celui qui nous fera don de lui- même et qui, à son tour se verra reçevoir cela en retour…sans rien demander…

Il en coûte de se mettre ainsi en don de soi…

L’ Amour exige que l’ on se montre vulnérable…que l’ on se dévoile dans ses faiblesses…

Il se montre d’ une totale compréhension, sans pouvoir tout accepter…

Quitter ses attitudes défensives, voire offensives…

Se laisser tomber dans l’ Amour…

Prendre le risque de donner sans rien en retour…

Donner de soi et accepter que celui à qui Est donné…accueille comme il le peut ce don…

Cet accueil nous demande d’ entrer dans une attitude , une profonde attention à ce qui  résonne  en nous-mêmes…

Une attente intense enlisée, sans le savoir, sans le vouloir dans une blessure que le temps n’ a fait qu’ endormir…et qui  se révélera à notre insu accompagnée de la souffrance inhèrente à une plaie qui  a  été insuffisamment soignée…

Absence de soin…de soin de nous quant à ce qui est inscrit en notre être, absence d ‘ éxigence envers nous-mêmes, absence de bienveillance envers nous- mêmes…

Absence de ce temps pour nous à nous écouter, s’ entendre…laisser le silence gagner notre univers et le laisser oeuvrer , en nous…pour nous…

Ce silence qui nous renvoie à nous-mêmes…au coeur de notre être, de ses besoins…

Enfant nous avons été…enfant, nous restons bien au-dela de ce que nous pensons…nous pensons être adulte…

L’ enfant en  nous a toute sa place…Il est enthousiaste, confiant et ouvert au monde…

L’ enfant, pourtant, lorsqu’il est malmené par nous-mêmes devient craintif, impatient…

Est- ce cet enfant là qui parfois, en quète de lui-même qui cherche dans la relation affective à soigner ses maux…?

Est- ce cet enfant là qui attend que cet autre nous soigne de nous- même…mais cela ne saurait être…

Je ne peux rien exiger de l’ Être Aimé…L’ Amour , c’ est Aimer …simplement…

Simplement, Aimer ce que tu es…qui tu es…T’Aimer pour-toi même…

Est- ce possible dans une relation où chacun attend que l’ autre le soigne…?

 Non, je serai tenté de répondre…

Oui, si L’ Amour est donné sans attente…

Je sais que je suis là pour t’ aider à soigner tes maux…

Je sais que je ne peux pas les guèrir…

Je sais que tu ne peux guérir mes blessures…

Tu peux m’ aider à les soigner…

Avec l’ Amour, dans l’ Amour , par Amour…

Je dois trouver au fond de moi ce qui me porte, ce qui me donne l’ envie de continuer à me construire…je dois apprendre à me regarder, comme un autre qui évalue son travail quotidien…cette tâche infinie de recherche…une quète qui n’ a pas de fin…dont la poursuite est la condition de sa cohèrence…condition de sa raison d’ Etre…

Je peux , lentement apprendre à me voir, un peu comme dans un miroir…je ne sais parfois voir que ce qui m’ est accessible…ce que j’ accepte plus facilement de regarder…

Tu es là aussi , comme un miroir vivant , bienveillant….

Tu peux voir ce qui est invisible à mes yeux…ce que ma raison refuse d’ entendre…tu sais mes difficultés à m’ approcher de ce sujet qui me demande pourtant de bien vouloir m’ y attarder…

C’ est ton regard qui saura alors me guider, sereinement…sûrement ,là ou il est nécessaire que je m’ attarde davantage…ton Amour me rassurera…m’ obligera à vouloir relever le défi quant à ce qui me paraît trop inaccessible…

Ensemble, à nous deux , peut- être nous trouverons un peu mieux le chemin qui est le nôtre…je ne dois  rien exiger de toi, tu ne peux rien exiger de moi…

Ce qui me porte vers toi va m’ aider  à te donner l’ essentiel…

L’ essentiel est de t’ Aimer…T’ aimer bien au- dela de ce que je serai tentée d’ attendre de toi…

Faire au mieux taire mes attentes…savoir accueillir ton Amour…

L’ Amour , lorsqu’ il Est ouvre une dimension de plénitude…accord profond entre deux être…Harmonie constructive et savoureuse…fragile et véritable, légère et intense…

A nous de vouloir y croire…

A nous de garder en notre coeur notre orientation …trouver le sens dans notre quotidien , dans notre manière de vivre…

Vivre de philosophie…

Est peut-être philosophe celui qui avance en cette voie…

Philosophe, non comme un érudit qui énnonce des théories…philosophe…comme la définition première le laisse entendre…celui qui Aime la sagesse…

De cette manière de vivre orientée, libre de cadre hermetique…l’ union d’ un homme et d’ une femme devient libre elle aussi…l’ union ouvre la voie de la liberté…

La philosophie…un Art de vivre…

Un art de vivre bien difficile…inaccessible, nous semble-t-il…

Pourtant, une question essentielle…est- ce que je peux tout te dire?

Te dire ce qui m’ habite, des mes pensées les plus sombres, les plus pénibles à entendre…mes pensés inavouées…celles que j’ ai du mal à accepter…

Du mal à croire qu’ elles prennent naissance en moi…

Comment pourrais-tu entendre…accepter d’ entendre cela?

Ne serais-tu pas tenter de penser que je cherche à te faire du mal…que je dois être profondément déséquilibrée ?

Est- il possible que tu puisses écouter…rester impassible et bienveillant…et surtout avoir encore le courage de m’Aimer?

Est- il possible que tu saches accueillir sans aucune défiance mes égarements, mes blessures que je te livre si maladroitement…sauras- tu entendre mes mots, révèlant des  douleurs incomprises…

Des douleurs non prises en compte, qui restent là …elles font surface et m’ entraînent dans des attitudes où je ne me reconnais pas, où je ne suis pas ce que j’ aspire à devenir…

Sauras- tu m’ accompagner dans mes traversées de zones d’ ombre, m’ accompagner  sans croire que je cherche à t’ atteindre, même si cela te touche …

Sans te sentir victime de mes ces moments de déchirement, de quète désespérée…

Sauras-tu comprendre que ce combat, je le livre contre moi-même, à tes côtés…grâce à ta présence…témoin actif et concerné …sera-t-il possible que tu continues à m’ Aimer telle que je suis…

Publié par clairelise dans Non classé | 2 Commentaires »

17-08-2010

De notre vérité intérieure….

Depuis si longtemps…depuis toujours oserais- je le dire…aussi loin que je puisse remonter dans mes souvenirs…

Me plonger dans ma mémoire…celle qui se préoccupe de diverses interrogations…

De bien loin me viennent  ces questions là…celles de la logique, si je puis m’ exprimer ainsi…où bien l’ on pourrait- aussi nommer cela « vérité… »

Vérité au sens d’ un absolu Humain…

Vérité qui se pose nécessairement au côté de ces autres vraies réalités rationnelles…celles- ci avec leurs contenus démonstratifs…

Je voudrais tenter de trouver, prouver?

Peut- être…Je crois que ce sujet mérite un temps de pause…je ne voudrais pas le réduire à ces quelques mots qui ne révélent sans doute pas assez le lien profond que je perçois entre la logique et  certaines valeurs absolues auxquelles, à ce jour je crois, celles qui m’ habitent et me constituent…je l’ espère…

Des universaux…existent-ils?

Questionnement séculaire…Pourtant, une simplicité s’ impose…

Est universel ce qui répond à l’ Amour…

Répondre dans ses choix, dans ses intentions, dans ses comportements…

Paradoxe de  ce qui prend le nom d’ Universel…Paradoxe évident, nécessaire…

Répondre à l’ Amour exige de chercher à répondre à chaque situation de la manière la plus adaptée selon le contexte et les enjeux…ni régles à appliquer, ni principe incontournable…si, un seul , se questionner authentiquement sur ce  qui est juste …

Nous adoptons des positions, entrons dans des points de vue…ceux- ci sont souvent relatifs à une situation…Comment cela résonne-t-il en nous…?

Il y a ce qui se présente, l’ extérieur, la réalité concréte d’ une situation…notre manière de la percevoir…notre monde intérieur qui comprend nos côtés obscurs, mais aussi un espace précieux et si profond…

Faire le lien entre ces éléments…la matérialité d’ une situation…sa « raisonnance » ou résonnance profonde…Le chercher sincèrement, ce lien spirituel…

Publié par clairelise dans Non classé | Pas de Commentaires »

09-06-2010

Et si…

Et si enfin nous devenions…

Si enfin, il nous était possible de nous réaliser…

De réaliser que nous avons à aller au-dela de nous -mêmes…

Agir sans autre volonté que celle qui nous élève…

Et si nous apprenions à entrer dans des attitudes de tolèrance et d’ accueil…n’ est pas que bien souvent nous nous situons dans des positionnements défensifs- agressifs, instinct de conservation imprimé, mécanisme de défense vital qui est réactivé bien souvent…

Et si nous apprenions à vénérer notre terre…peut – être bien que si nous ne savons pas suffisament l’ entendre, peut- être bien qu’ Elle nous balayera de sa surface…Question de survie pour Elle aussi…

Et si nous cessions de nous regarder comme des étrangers , ne sommes nous pas tous Humains…nous sommes amenés à vivre ensemble..ou faut -il retourner à l’ ére de l’ Homme solitaire bien avant que naisse les communautés…

Vivre ensemble est difficile, mais possible…

Vivre seul est tout simplement impossible…

Et , si nous essayions de regarder nos ainés non comme une population qui pése sur la société, mais comme ceux qui ont permis la continuité de la vie et dont maintenant il est bien légitime de prendre soin…

Et , si nous mettions l’ enfant à sa juste place centrale dans nos vies…

Le protèger…suffisamment, dans bien des domaines…

Le préserver de bien des dangers…

Dangers de l’ image…l’ écran…celui qui jette aux yeux des enfants des visions non adaptées…des scénes qui le marquent…

Comment les guérir de ce besoin crée sans nécessité et qui atrophie considérablement les capacités d’ adaptation de tout être…

Ce don de savoir faire avec…de vivre sans appréhension massive , ni anticipation démesurée…Cette ouverture à l’ imprévu , l’inattendu baigné de confiance..

Offrir aux enfants ce qu’ il y a de meilleur…un soin particulier à l’ enseignement, favoriser toutes activités sportives et créatrices et être en mesure de les inciter à accepter la différence..accepter la différence et l’ apprécier…

 

Utopie, idéalisme naïf…

Peut- être, et pourtant, si tout est vain , alors à quoi bon continuer…?

 

 

Publié par clairelise dans Non classé | Pas de Commentaires »

13-05-2010

Être père…

Tant d’ enfants en souffrance…

Être parent…si difficile quand soi-même,on a si peu  » reçu »…

Donner ce dont nous -mêmes nous manquons…

Et, lorsque le don est là…parfois des circonstances où des blessures sont provoquées et laissent des marquent profondes…

Tant  de parents démunis… parents et enfants ,des étrangers dans deux mondes si différents qui se cotoient au quotidien…

Un quotidien qui devient violence…pour chacun…violence de l’ effarement des adultes qui ne savent plus , ne peuvent plus trouver de réponses qui donnent du sens aux actes éducatifs..

Violence de la rupture avec ceux qui étaient censés apporter l’ essentiel à un être en construction , en recherche de repères, en recherche de soi- même…

Le coupable…non pas l’ enfant…ce n’est qu’ un enfant…

Les parents…trop simple…trop réducteur…

Leur conduite, leurs attitudes…Parfois…sans doute…Mais encore….?

Une relation qui meurt…qui étouffe…

Des êtres qui souffrent de cela…

Absence de dialogue…les mots…

Les mots qui ne portent plus d’ autre sens que la blessure et l’incompréhension de part et d’ autre…

Avec, toujours un degré de tolèrance plus élevé pour ceux qui ont encore tant à apprendre…qui légitimement sont en droit d’ être protégés…

Comment construire, reconstruire ce qui est profondément endommagé…?

Qui …lorsque le père est « absent »…Qui le peut?

Absence aux conséquences douloureuses…

Des interdits qui ne prennent pas sens…des limites qui ne peuvent être intégrées…

L’ absence du père…quelque soit les adultes qui entourent l’ enfant…

Un couple qui ne trouve pas le rôle parental…une femme seule face à de multiples responsabilités….et tant d’ autres circonstances dont l’ élément commun est cette relation à l’ enfant qui  se construit sans contruire l’ enfant…

Le , les adultes s’ y perdent…l’ enfant sombre   se raccroche à ce qui peut lui permettre de survivre sans anéantir sa personnalité si fragile..

Fragile…nous le sommes tous…et parfois bien plus que nous voulons l’accepter…

Deux êtres fragiles , blessés,dont l’ un a besoin éperdumement de l’ autre pour donner un sens au monde qui l’ entoure et ne pas se perdre dans univers qui apparaît comme dénué de toute signification …

Absence de signification…comme en écho ce regard extèrieur qui se réduit prfois à une accusation de celui qui paraît en faute…

Que peut -il résulter de cela?

Enfermement de  chacun dans son monde, un univers qui devient froid et comprend comme mode de fonctionnement la fuite, où l’ attaque…

Avec au centre…la peur…peur liée à la solitude de l’ incompréhension….

« Quelqu’ un peut -il me comprendre….entendre que ce que je fais me dépasse…ce qui me pése m’ entraine vers des abimes de souffrance où ma peur est telle que je réagis avec violence…j’ ai mal…je ne sais même plus dire que j’ ai mal..l’ ai- je jamais su…je ne sais …

Ce qui est certain , c’ est que là, je pose  des actes qui en disent long quant à mon mal- être…qui peut m’ entendre…? qui peut écouter…?

Ne pas décevoir ses parents…

Et , pourtant , cet adulte…comme un père se doit d’ être là pour cet enfant…

Il le faut …impérativement…

« Vous tous , les adultes bien intentionnés…

Comment me regardez-vous ?

Vous ne voyez que ce que vos yeux et votre jugement vous donne à comprendre…quelqu’ un qui montre un visage fermé, avec une intention volontaire de faire front , de s’opposer à l’ adulte , des transgresser les interdits avec un malin plaisir de heurter l’ adulte…Résumons: je le fais exprés pour vous  importuner…c’ est cela qui me procure du plaisir…

Vous pensez vraiment cela de moi…vous en restez à cette conclusion…? »

Il est vrai que notre cerveau en est resté à un fonctionnement de primate…nous n’ en utilisons que 10%…nous en sommes restés à un schéma restreint concernant les relations humaines…

Des progrés , oui…le monde scientifique…l’ intelligence rationnelle se développe…elle engage une part de l’individu qui lui permet d’ avancer par essai et erreurs, et celles- ci sont simplement des étapes dans l’ avancée des progrés…

L’ intelligence affective…les capacités relationnelles…quelles avancées…?

Regardons notre comportement de tous les jours et l’ attention porté à Autrui…La route , un bon exemple…sans commentaire…

Celui qui est sur mon chemin et qui me géne pour continuer…celui- là….quel…!

Parlons de tolèrance…

Pour si peu , nous nous sentons agressés…contrariés…

Mais, pourquoi…dites- moi…ce qui est si grave…ce qui nuit tant…?

Y-ay-t- il danger de mort à ralentir…à être un peu plus attentionné…?

Ne confondons – nous pas le danger de l’ homme pré- historique qui devait lutter pour sa survie et les contrariétés que nous rencontrons dans le quotidien..;dont certaines sont le fait des contraintes que nous nous imposons à nous – mêmes sans que cela soit une nécessité…

Une vie qui prend la tournure d’ un voyage en TGV…où se perd le sens de l’ essentiel…

STOP…

Il est temps de s’ arrêter…il est grand temps…il est plus que temps…

Le temps est venu de porter l’ attention là où elle est indispensable , nécessaire et tant attendue…

Nos enfants…

Non , pas nos enfants roi à qui tout est permis, à qui l’ on ne veut pas faire vivre de frustrations… où le matériel vient compenser l’ affectif…

Non , rien ne peut compenser l’ Attention , le don de soi…

Pas d’ économie dans ce domaine pour nous tous , les adultes qui pensons être responsables et savoir maîriser notre vie..;

Nous ne maîtrisons rien , nous n’ avons pas de prétention à avoir en cela…

Nous avons à nous engager, à participer, à être là pour eux…Être là…nous, parents…et tous ceux qui le veulent…

Avec, comme une étrange aspiration à vivre loin de tout…oui vivre loin de tous les préjugés et de toutes ces pensées qui enferment l’ être en souffrance dans un qualificatif réducteur et dévalorisant…

Là, il faut une distance puissante d’avec ce monde de nos apparences…une distance…un espace de solitude bien construit afin de garder en vue la neutralité et paradoxalement la bienveillance essentielle…

Essentielle bienveillance dans le regard qui est porté à l’ égard de tous nos jeunes…

Bienveillance au coeur d’ une écoute…une écoute qui se veut confidence…confiance en celui qui accueille les paroles qui portent le vécu d’ un être en cheminement…dont le chemin peut être jalonné de faux pas…

Cet engagement là, celui qui souhaite répondre d’ un père…cet engagement là, essentiel, total…un abandon de projet de vie personnel…une disponibilité permanente, permanente aussi longtemps que la ressource abonde…

Semblant de renonciation personnelle, qui va au- dela de soi et par ce mouvement dynamique et revitalisant se traduit par une élévation de son être…

Des hommes qui s’ engagent ainsi…en pères…pour ces enfants en perte de repères, en mal d’ Amour…en situation d’ abandon…

Des enfants qui ne savent plus comment dire à leurs parents « Aimez-moi, j’ en ai tant besoin… »

Des parents qui ne savent comment entendre ce besoin d’ Être Aimé, qui le reçoivent comme un écho à leur propre besoin…ces attentes qui se ressemblent se heurtent de front et chacun vit dans cette solitude de l’ incompréhension massive…

Incompréhension massive dans laquelle l’ enfant se construit sa forteresse lui permettant de se préserver…l’ adulte s’ enracine dans son mal d’ Amour…

Impasse…

Un tiers, présence rassurante, bienveillance absolue, précieux et puissant  engagement de ceux, celles qui vont répondre du père…

Y répondre pour restaurer la confiance, le lien…la Vie…

Redonner la vie, avec ce qu’ elle contient d’ espoir…de rêve…d’ imaginaire…de potentiel libèré de murs intèrieurs …

 

 

 

Publié par clairelise dans Non classé | Pas de Commentaires »

07-05-2010

Vivre ces instants…

J’ ai tant ecrit…ecrit des mots pour dire … dire simplement cet élan…

De mon coeur…toujours , une place pour lui…

Folie…déraison…aliènation…

A mon sens…dans mon coeur…

Simplement…lui…

Il est…

Il est à mon coeur si merveilleux…

 » Si c’ est quelqu’ un de bien , je peux vous dire que je m’ en fou »…une chanson…

Quelques paroles…elles prennent tout leur sens dans mon monde…

Je ne veux rien promettre…

Je peux juste dire que tu es là dans mon coeur…

C’ est ainsi…

C’ est bien ainsi…

Claire

 

 

Publié par clairelise dans Non classé | Pas de Commentaires »

1...34567...29

La Cuisine de Fabienne |
Adresses utiles et animations |
Restauration Vespa Primavera |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | les ribotons
| LEGIO BURGUNDIAE sources
| mbokfrancois