Archives pour juillet 2014

31-07-2014

De cette légèreté…

En ce jour, qu’avons nous réalisé?

La journée s’est écoulée comme à l’ habitude…sommes nous conscients de notre mission d’Homme?

Que nos actes, nos pensées, nos gestes, nos intentions peuvent être consacrées…une attention simple à notre objectif…

Nous sommes obligés d’entrer en relation, en permanence…quelque soit notre activité,le lien à autrui est au cœur de notre action…

Que ce soit en faveur de notre famille, connaissance, clients…la bienveillance et l’oubli de soi doivent se faire premier…il nous appartient de souhaiter réaliser au mieux notre tâche…ce que nous réalisons pour autrui, est ce que nous réalisons pour nous mêmes…

Paradoxe toutefois, de savoir refuser à autrui…quand, comment, pourquoi?

L’Humain qui se réalise dans notre don, doit aussi en permanence mesurer  s’il oeuvre dans une pleine équité…ce que je réalise pour toi, je le ferai pour tous…ce que je ne peux réaliser, sans perdre de mon humanité, je ne le ferai pour personne…

Au-delà du paradoxe, je peux parfois être amenée à agir différemment selon mon interlocuteur, tout en s’inscrivant dans un Humanisme authentique…la relation en place, la maturité, et le contexte y contribue..

Mais, en prenant de la hauteur, il n’ y apparaît aucune différence…lorsque nos gestes et nos regards sont uniquement empli de la douce et ferme bienveillance…tout s’éclaire…

Posté par clairelise dans Non classé | Pas encore de commentaires »

30-07-2014

Je cesse de me questionner…

Je ressens un malaise…je n arrive vraiment pas à adhèrer à ce schéma…le Christ mort pour nous sauver..ce qui nous améne à être pardonné…

Cette question reste en suspend…je m’y penche parfois, et rien, non, décidement rien ne me semble prendre sens…

Le Christ a sa vie durant fait preuve d’une foi sans faille…une foi qui prenait racine en son être intérieur et non en des lois, ni règles extérieures…une foi personnelle et vivante…

Me vient alors cette question , depuis tant d’ années à revenir sur ce sujet sans m’y attarder, mais sans pouvoir m’y plonger davantage…le vide…une question…pas de réponse…une vérité donnée de l »extérieur, reconnue, formalisée et établie une fois pour toute…

Religion, ou interprétation érigée en vérité absolue,qui veut nous faire contempler le Christ mort sur la croix…je n’arrive pas…et je me demande si il n’ y a pas là une inversion…nous devons nous sentir sauvé…pardonné, sans culpabilité…pourtant,..c’est bien tout le contraire qu’il me semble constater dans le quotidien…ne sommes nous pas au contraire, depuis tout ce temps…ne sommes nous pas en permanence à vivre une culpabilité …héritage religieux…lourde culpabilité de la mort d’un innocent…une victime de la folie des hommes…

le non sens est incrusté…de ceux qui se détournent de la croix, par peur de la souffrance dont l’ultime recours est le passage dans l’au-delà…nous pouvons aussi  vouloir nous tourner vers la croix, l’adorer…et nous sacrifier…pour qui?pour quoi?

Surtout, que sacrifions nous?

Cette liberté donnée, celle qui nous demande d’être conscient de la croix…celle qui fait qu’à chaque instant nous décidons de notre vie, de notre état d’esprit, de notre action, de nos penchants…

Cette croix qui est le propre de la liberté…nous nous voulons libre…oui, sans aucune hésitation…c’est bien cela? N’est ce pas?

Aucun assujettissement….au point de se détourner de nous-mêmes.

Ne sommes nous pas alors aussi contraints, sans le vouloir, sans le savoir, à devenir nous-mêmes victime, innocente…nous l’espérons…en attente d’un sauveur…d’une justice divine qui punisse nos bourreaux…

De quelle responsabilité  sommes nous alors porteurs?

Si nous sommes coupables,alors nous méritons de souffrir…si nous sommes victimes impuissantes…, notre passivité nous empêche toute évolution…

Acceptons-nous de rejouer sas cesse ce même scénario…nous donner l’illusion que nous marchons dans les pas du Christ…

Que ce questionnement quotidien sur le sens de la vie soit le cœur de notre  cheminement…pas aprés pas, s’orienter selon  notre plus profonde humanité…

Comment devons nous alors élever nos enfants dans ce contexte…exigence fondamentale, devoir prendre en compte l’environnement, leurs centres d’intérêt…s’adapter à leur rythme…rapport de force obligatoire…s’avouer vaincu dans une certaine mesure….abandonner nos ambitions pour eux, notre sur protection…les laisser évoluer dans des parcours totalement opposés à nos idéaux…

Se sentir totalement démunis…rester vigilants, par delà toute tentation de démission, laisser une porte ouverte, tendre une main, offrir sa bienveillance malgré les tensions…

Notre mission principale, éduquer nos enfants…nous sommes des guides pour eux…encore et toujours recommencer, après le découragement…un nouveau pas se profile…lentement, comme une un arbre qui grandit et dont années après années, il ne semble à peine être devenu plus grand…et soudainement, un jour, il nous paraît avoir atteint une belle dimension…

Comment faire de ces enfants des êtres libres…?

Quel que soit notre parcours, notre disponibilité, notre pratique éducative…aucune recette précise ne vaut pour tous les enfants…

Aussi, à nous, adultes, de nous positionner…connaître notre position…nous ne pouvons fonctionner à l’ encontre de nous mêmes, nous pouvons seulement essayer de prendre au mieux conscience de notre fonctionnement…de ce que nous impulsons…tout en nous soumettant à ce qui est, et offrir le meilleur de nous mêmes…

Accepter de regarder ce qui nous habite, de beau et de moins beau…et en faire offrande…pour un lâcher-prise progressif quant à nos modes de pensée…ceux qui prennent racine dans nos erreurs, nos manques…

 

 

Posté par clairelise dans Non classé | Pas encore de commentaires »

La Cuisine de Fabienne |
Adresses utiles et animations |
Restauration Vespa Primavera |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | les ribotons
| LEGIO BURGUNDIAE sources
| mbokfrancois