Archives pour mars 2008

30-03-2008

De ce que mon coeur me dit…

Je  peux si peu ..

Seulement ,  je  crois  en ce  chemin ,

Je crois que tu dois  être  si  impassible , Père…

Impassible…devant  la  violence ;

Non  pas indiffèrent , une impassibilité  puissante ,

Elle   ne  peut que  l’ être , pour  métamorphoser les enjeux de la  violence ,

Pour que  celle – ci devienne puissance de Pardon …de miséricorde…

Pour  éléver  au dessus , malgré  tout,

Ce  que nous  avons à entendre ,

Le  Non Jugement…nul  n’  est  juge  en ce monde …

Et , bien  que  cela puisse paraître paradoxal ,

Nul  ne se doit d’ accepter la  violence et l’  intolèrance … 

Il  nous  faut veiller  et regarder   avec  Amour ,

Porter un regard d’ Amour  sur  ce qui  se présente , sur  qui  se présente,

Quoi  que ce soit , quel qu’ il  soit , dans  toute  circonstance…

C’ est  l’  Amour  qui  nous protége , c’ est l’  Amour qui  nous  conduit  à  nous - mêmes ,

C’  est l’  Amour qui  ouvre  les portes d’ une  dimension qui  nous  est accessible …

Et , ce qui  paraissait  contraignant devient léger,

Ce  qui parait  dérisoire  devient essentiel ,

Ce qui  est  mal  perçu, est  ce qui  se doit d’  être…

L’  Amour  peut  déranger , l’  Amour révoque  les habitudes ,

Les habitudes qui   ménent  à  des impasses,

Les habitudes  qui  persistent…qui résistent seront décousues ,

Elles se feront à ce qui  se doit  d’ être…

D’  autres  attitudes deviendront  des   attitudes habituelles que l’  Amour  nous  offriras… 

Je  peux  si  peu m’  engager  , même  si  je  le  veux …même  si  j’  en fais  le  voeux ,

Le  voeux  de me faire à  l’  image de  l’  Amour  de notre père,

Seulement , je crois  bien  que  je porte  ce voeux  en  tout  mon  être , et fais de cette  volonté  …la mienne…j’ essaie…  

Et , de  cette recherche de sens , le  sens de notre existence …essentielle  est cette  question…

Ce sens , qui nous  invite à  vivre …

Par Amour…

L’ Être  humain  …crée  par  Amour …pour  être  Aimé…c’ est  la  volonté  de  notre Père…

 

 

 

Posté par clairelise dans Non classé | Pas encore de commentaires »

29-03-2008

Qui peut croire cela ?

Croire que  le regard des autres est  source de  l’ essentiel  de nos maux…

Est source  de nos  plus  grandes souffrances.

Alors , que  le  déchirement le  plus profond ,

Ce  déchirement surgit  de notre être ,

Du  fin  fond  de nous mêmes…

Il   vient  de notre  intèriorité , il  émane  au  coeur  de relations ,

Il  n’ en  vient pas , il  n ‘ y A pas  son  origine  …

Croire cela , n’ est-  ce pas se détourner de Dieu …se  détourner sans le  vouloir …sans  le  voir …?

Et  , paradoxalement , c’ est  au  coeur de ce déchirement …qui  nous renvoie à  nous  mêmes  que  le bonheur puise sa source …

Source vivifiante ..inépuisable …

Esperance au dela  de tout désespoir …

Posté par clairelise dans Non classé | Pas encore de commentaires »

27-03-2008

Et …que dire de la désobeissance …?

Désobeir …

Obeir …entendre , écouter  …adhèrer…se  soumettre…

Peut-  on  désobeir…fondamentalement…

Un  comportement se réfère  toujours  à  quelque  chose…

Il y a  donc  désobeissance à …pour  obeir  à  autre  chose?

A l’  autorité…laquelle…?

Aux lois …aux  commandements…aux  parents …à  son  maître…

L’  esclave obeit- il  réellement …?

N’  est  pas  forcément  esclave qui  croit  l’  être , ni  maître  qui  veut l’  être…

Obeir  et  désobeir , deux versants d’  une  même conduite …vue  sous des angles différents …

La  désobeissance …comment  en  parler …que  dire  d’ elle  pour  la  préciser  quelques peu…?

Ne  se doit- on  pas parfois  de  désobeir  pour obeir …obeir authentiquement…?

« Sois sage  et  tais  toi » …

Cette  expression , ne  contient  – elle  pas  une  sagesse….?

Une attitude qui , s’ inscrivant de manière consciente , acceptée et  réflechie …qui  fait  de cette  attitude celle qui correspond  au  mieux  dans  bon  nombre  de  circonstances…

 Là  , où  cela  devient  aliènant , c’ est  de vouloir  l’  appliquer de manière  systématique…

Dans  bien  des  situations , au  contraire  ne serait -  ce  celle  qui  est légitime…

Est  «   Sage » celui  qui  sait  se  taire…?

Quant à  ce   point d’  honneur  à  ne point  obeir à  ce  qui découle  du  corps …division  , dualité …l’  esprit doit tenir  les rennes…

Et  , ce coeur  , qui parfois demande à  sa manière à  être  obéit …à  suivre

Posté par clairelise dans Non classé | Pas encore de commentaires »

25-03-2008

Recommencer …à partir de l’ ébauche initiale…

Pourquoi  voulons – nous  tuer le  temps…?

S’ agit -il  de vaincre par  là  ,la  mort ?

De  tenter d’ accéder à l’  éternité…de maitriser  sa  destinée …? La  question centrale , ne serait -elle  pas :

-Pourquoi  vivre ….? 

Un questionnement qui s’ ouvre sur  d’ autres …à  savoir  , vivre pour  qui , pour  quoi ?

Mourir , pour  quoi …pour  qui…?

 

M.Montaigne  écrit que philosopher , c’ est  apprendre à  mourir .

Cette acceptation de la mort  qui  , dans la culture grèque  antique   tient une  place  essentielle. 

Ce  philosophe  ne  fait  pas  de  cette acceptation  une  lutte  consciente sous  couvert  de la raison …celle- ci  sait  que  la  mort  existe  et  que  nul  n’  y  échappe …la  raison a  intègré l’  ultime  dans sa réalité .

Cette acceptation  se  situe dans une  autre  dimension …apprivoiser sa  peur …les  émotions  qui  émergent face à  ce destin …expérimenter  sa peur  , aller  au  bout de celle-  ci  et  y  trouver  ce qui  se dissimule …

Pour  ce  faire , il  est question d ‘  accepter l’  Homme  tel  qu’ il est , avec  ses imperfections, l’ accepter pleinement …s’  accepter  soi- même , sans avoir  à  l’ esprit un  sentiment  de faute ou  de  culpabilité  permanentes…

Rester dans une  sérénité envers soi , envers les autres , malgré  les  défauts  manifestes dont  nous  sommes  tous  porteurs …

C’  est  une  acceptation qui va  de pair  avec celle  du  monde , avec  ce qui  se présente dans le  parcours  de  vie d’ un individu , avec les choses  telles qu’ elles  sont   …

Acceptation  et non  Résignation !

Accepter  la  vie  , accepter  de vivre …c’ est  reconnaître qu’  en l’  Homme  co – éxiste le  divin  et l’  humain…

M.Montaigne  nous  dit ,  » c’ est  une  absolue  perfection , et comme  divine de  savoir jouir loyalement de  son  être »

Si l’  être humain  est , ne peut – il  permettre  au  divin et à l’  humain de s’ harmoniser et  d’ évoluer ensemble vers une réalisation tendant vers la  perfection …?

Réalisation de la pleine  perfection , sans  jamais l’  atteindre …Le but  de  toute  vie  ne  serait- il  de mourir , mourir  en sachant  que l’  on a donné  le  meilleur  de soi- même ? Que l’ on a  oeuvré  au  mieux  de  son être …à  cette fin  d’  avoir eu  à  l’  esprit  le  souci  de chercher à  réveler chaque jour davantage l’ être …de   permettre   sa  profonde   manifestation  …

Ainsi , notre  formule langagière qui soutient  les propos relatifs  à  cette idée  de  «   tuer  le  temps » , ne serait- elle pas  à  relier à  notre  souhait  d’  échapper à  la  mort malgré  une  certaine  conscience que cela  est hors  de notre  portée…?  

Est-  ce  totalement hors  de portée …?

Nous  nous  sentons  emportés  par  le  temps …et  lui  offrons encore  et malgré tout  une  vaine résistance … 

 

Devant  nous rendre à  l’  évidence , se peut -il  que  nous saisissions   la providence …

Se  peut -il  que  ce temps qui   offre sa présence et  sans  lequel  nul  ne  saurai  être…soit  en  lui  même « présence de l’ être »…comme  le  pense F.Nietzsche.

 » Instant  éternel  et  spirale  évolutive » … »  Equilibre  entre  deux  modalités  de la temporalité …

 » Eternel  retour » qui  rejoint  non l’  idée d’ un  recommencement  à  l’  identique du  passé …Il  s’ agit  davantage d’ un  éternel  renouveau  où le  passé est  inscrit dans  le  présent , il  le rend  possible …

Il  rend  possible  un présent qui s’ ouvre sur  un  avenir  offrant  le devenir  de l’ être…

Un devenir pour  l’  être  que la  volonté  de puissance  rend accessible…Une vonlonté  de puissance qui  ne la veut  pas  pour  elle-même  ,  une  volonté  qui conduit l’  être vers  sa pleine réalisation…vers  ce  qu’ il  se doit  d’  être en  le devenant…

Sa réalisation  demande une  confrontation lucide  avec  son  égo…Renvoyant  à  la notion  d’  amour  propre , dont  tout  être  est  pourvu comme  le  souligne J.J Rousseau.Cet  amour  propre s’  origine au départ  dans  ce que  ce philosophe nomme  Amour  de soi, souci  de  son  être …

Souci indispensable  au  maintien  de la  vie , qui s’  apparente  à  l’ instinct  de  survie…L’  égo nous fait  penser  à  nos  intèrêts tous personnels ,seulement il  peut  aussi  pour  de  multiples raisons prendre  une  dimension  démesurée et  s’ approprier l’  Amour  de  soi…le tenir sous  sa  coupe …en devenir  le  maître …en faire  son esclave …

Nous rendre  esclave de  notre  amour  propre…

Et  , nous est-  il  alors  possible  de voir  ce temps  qui  s’  offre…Nous  ne  pouvons le reduire  en esclavage…Alors  nous craignons nous  pas  que lui   nous  y   contraigne…?      

 

 Et ,  malgré  ce temps  qui  nous  offre  ce  possible …il  subsiste peurs et craintes…Tuons  ce  temps  qui  est  source  de  mes peurs …

Nul  ne  le  peut …nous  le  savons  si  bien …alors  ne  pouvons nous  tuer la  peur…?

Comment ?

Affrontons -la…

Affrontons  cette  question …et entrons  dans  des interrogations  qui  lui  font  suite …

Ai-  je  peur  de  vivre …?

Ai-  je  peur de ne  pas savoir  pourquoi je  vis…?

Il peut  être  donné  une réponse  où  la  mort  trouve  sa place …A  savoir  , puisque je  dois  mourir  un jour , autant vivre  pleinement et profondément cette  vie  qui  m’ est  donnée …ce qui  est en  soi  une  ouverture à  ce  temps  qui fait  son  oeuvre …

Quel  bénéfice avons – nous  à ne  pas  relever  le  défi  de  la  vie …?

A ne pas  entendre la  question  du sens , sous  entendue  dans ce »  vouloir  tuer  le  temps « .

Formulons  alors   cette  question : Quel sens  voulons nous  , pouvons – nous donner à notre  vie …?

S’  accrocher à  quelques moments  plaisants , en attendre  d’  autres , parfois en vain…parfois  voir  se  présenter bien  d’  autres  évenements  que ceux que  nous  espérions tant …Vivre  en perpetuelle  attente  de mieux  …de  revivre  certains instants où  nous  nous  sommes sentis  enfin  vivant …

Est- ce à cela  que  nous  souhaitons  voir  ressembler  notre  vie…?

Ne  serait -il pas  plus  pertinent  de  chercher à s’  inscrire en ce  temps  aussi bien  que nous  le  pouvons …?

Et, ce qui reste de  notre  responsabilité  , ce  qui  peut relever  de notre potentiel propre , c’ est  de  se mettre  à  vivre ce qui  se présente  …essayer de le vivre avec  attention .

V.Jankelevitch nomme  cela  »  le  sérieux » … » L’Homme  est  appelé à  passer du  temps  perdu au  temps  retrouvé « .

Grâce  à  sa manière de s’ investir, afin  que  le temps devienne  le  support d’ un  processus  auto -  création  .

C’  est  à  dire  devenir disponible au monde et non  pas  penser le  monde  comme  étant  à notre  disposition….

Porter  une  attention profonde à  l’  intention qui  nous  fait  agir , une  intention qui  sache saisir   les  occasions données …occasion  de nous réaliser .  

Se  réaliser  en se  libèrant …se  libèrer  de  peurs …se libèrer  d’  habitudes…de certaines  nos habitudes… 

L’  habitude de s’  abriter  en  des  chemins connus  et  pré – tracés…recherche de sécurité …reflexe naturel …

 Une  sécurité  qui  au  bout  du compte  finit par  nous enfermer  dans  des murs intèrieurs…et  de liberté  , il  n’  en reste point…si  ce n’  est  qu’  en apparence …

Alors , avons – nous là  encore  une  raison  bien légitime  de  vouloir   » tuer  le temps « …Il  nous  suggère  que  notre  liberté  n’  est  qu’  apparence  ce qui      est  lourd   et  nous  pèse…Nous  empêche  de vivre  comme  il  se devrait …en  êtres   libres

Contrairement  aux adultes , les  enfants ont  une  manière  bien  à  eux  de  se  plonger  dans  le moment  qu’ ils  vivent…

Il  semblent  vivre  , au travers  leurs  jeux , le  temps comme  un espace de liberté…absence complète  de contraintes…abscence  inhérente  au  monde du  possible  de leur  imaginaire …

L’  enfant  savoure  la réalité virtuelle qu’ il  se crée …souvent  les  jeux  le  mettent  en danger  et il  l’  affronte  en  de  nombreuses  situations , d’  où  il  sort  vainqueur…et  fier  …

Nourrit  de  ces moments  imaginaires , les  enfants  traversent  le  temps avec agilité  et  semble  le  saisir  avec  naturel…

 

« L’  esprit  d’  enfance  » , cela  se peut -il s’ apparenter à  cet  état  d’ esprit  de l’  enfant  qui  n’  existe  qu’ ici  et  maintenant et  sait  parfaitement  encore s’  étonner …comme  dans  un  » état d’ innocence » …

Ces  dispositions intèrieures   que décline  V.Jankelevitch, celles  qui font  du  temps , non  pas  quelque chose à  tuer …qui au  contraire ouvrent en  quelque  sorte  une  dimension d’éternité …celle de l’  instant  présent  dont  il  est possible de  savourer  en  profondeur  une  présence vivifiante …

 

Nous  ne  vivons  plus  comme  des enfants , et  cela  se  doit  en  partie d’  être  ainsi…

Nous  connaissons des peurs  …non  pas celles d’ enfants  terrorisés  par des histoires  d’ ogres  et  de loups…

Nos  peurs se  rencontrent  là  où  l’  enfant  semble ne  pas  en  connaitre…Ce  qui  l’  inquiète  le  plus , ne serait – ce pas la  crainte de  ne pas  être Aimé …ne serait  pas  ce qui  le terrorise le plus…?

Et  ,  face au  choix , comment  se pose l’ enfant, il  ne choisit  pas..?

Il  s’ engage là  il    cela lui  parait  fondamental …il  ne sait  pas  anticiper de conséquences ..;comme  par  exemple , lors de la  poursuite de son  ballon  qui  va  rebondir sur  la  route…rattraper le  ballon  est  naturel  pour  lui , la  conscience immédiate  du danger  n’ est  pas  efficiente..

L’  adulte  n’  agit  plus  de cette manière  et  fort  heureusement  dans  certaines  circonstances…Il  a  appris  à  se  protèger …se protège – t-il  toujours  à  bon  escient …?

Lorsqu’ un  choix  s’  impose …Un  choix  de  vie …une  angoisse  peut  voir  le  jour  …L’  étude des  conséquences …est- il  seulement possible de prévoir  avec une grande  précision  les  conséquences d’ un  choix?

Cela  reste illusoire dans  bon  nombre  de situations … » Il  existe  une  interdépendance des phénomènes  du monde et l’ Homme  n’ est lui même qu’  une  parcelle du  monde « nous  dit  Mach…aussi comment serait il  possible  de  prévoir  avec  précisions  les  conséquences  ..au  coeur d’ une dimension aussi  vaste?

Nous  sommes  tous  appelés à  poser  des  choix …en  fonction  de  quoi…de  qui …?

C’  est  qui  ramène  l’  Homme  à  sa  solitude …choisir …se réfèrer à  quoi …à  qui…?

Choisir …c’ est  porter  une responsabilité…C’  est  ce  que  dit  J.P Sartres , il  expose  que  » l’  Homme est  l’  avenir  de l’  Homme » …Il a  devant lui  un  «  avenir    vierge  » …il  est  «   condamné   à  être  libre » …

Libre  de  s’ engager…de  choisir  comment  il  s’  engage ..

Et  ,  c’  est  au  coeur  même  du  choix  , porteur d’  action que l’  angoisse  surgit …révèlant  la  nécessaire  responsabilité  de l’  Homme  au travers de  ces actes et des  choix  qui  les déterminent …

Révélation  essentielle , tout  choix  est  choix  pour  l’  humanité  entière …Ce  que  choisit  un  homme  nous  dit  J.P Sartres, il   le  choisit  pour  lui et  ce  faisant estimant  que cela est  bon  pour lui  , il  le fait  apparaitre  bon  pour  toute  l’  humanité…

Tuer  le temps  , serait -  alors  une  volonté déguisée  de  fuir cette responsabilité …rester  en  suspens sans que  rien ne vienne bousculer le  cours  calme  et  tranquille …paisible de  nos  vies ou  l’  habitude régne en  maître …et  ne  nous laisse  que  l’  illusion  de  vivre ,  alors  que nous dérivons  sans  pouvoir donner  une  quelconque  orientation  ,  un sens à  notre  vie … 

L’  habitude  ne  pourrait-  elle  laisser place à l’  inattendu…le  laisser  se manifester…nous  réveiller , nous éveiller à  nous -mêmes…à l’  essentiel…

 

La  question qui  se profile  alors , ne concernet- elle pas la notion d’  habitude …Ne  pourrait -on penser que «  vouloir   tuer  le temps  » serait à  notre  insu une  volonté  de tuer l’  habitude …ces  habitudes  qui  nous habitent au  point  ,que   , pour  certaines  nous  ne les  voyons  plus  …Elles  nous  pésent  alors  sans  que  nous comprenions ce  qui  nous pése  dans  nos  vies …  dans  notre  quotidien.

Serait-  ce l’  habitude  dont nous sommes complices qui  , sans  que nous  le  voulions intentionnellement  nous  améne à  concevoir le  temps comme  une contrainte que  nous  ne    pourrions  que  vouloir  tuer ?

Pour  Vauvenargues , il existe une    ouverture  sur  une  autre  perception  du  temps …Il  nous  dit que   » nous  ne pouvons  retenir  le  présent que  par  une  action qui  sort  du présent  » …ce  qu’ il définit comme  une  » présence constituante « …

Une  présence   » joyeuse  de  sa propre  passion , de  son  propre  courage  , de son  propre  génie , de  sa propre  nécessité « .

Ne pouvons  -  nous  par  là  entendre que l’ Homme n’ a point de  nécessité  de chercher  à trouver une raison bien  défine  à  son  existence …il existe … et  par là  même il  lui  est  donné  l’ occasion  de tendre vers  sa perfection…

Démarche qui  ne peut se faire  selon  V.Jankelevitch sans   « une  liberté d’  aimer  vraiment  ce que l’  on  aime « …

Il  insiste notamment sur  le  fait  qu’  il  faut  «   faire  tenir  le  plus  d’  amour  dans  le  moins possible d’ être « …

 

C’  est  là  que  se pose  la  question  de ce  que  nous  mettons  dans nos  actions…

Comment  nous  conduisons -  nous  dans  nos  vies …Nous  avons  une  situation professionnelle , nous  jouons  le  jeu en  assumant  notre  rôle …oui , mais  comment …?

Nous  avons  appris les  aspects  techniques  de notre  profession , nous faisons  ce  qu ‘  il  nous paraît  necessaire d’ accomplir …ce  qui  répond  au «   profil  de  poste «   de  notre  fonction.

Et  ,  le temps  glisse plus  où  moins  lentement …malgré  le savoir que  nous  savons  avoir , ce  savoir  faire , le temps  peut  toujours  sembler  vide  de sens …

Les  aiguilles  tournent , le  font  elles  réellement ?

Elles  nous  donnent parfois  une  impression  d’ immobilité …ce temps  qui  ne passe pas …

Nous  nous refugions  alors  dans  un  ailleurs , le  meilleur  est  à venir …seulement  l’  avenir n’  est  pas  encore  là…il   sera  éventuellement …

Savons -  nous  alors  exister  si  nous  ne  sommes pas  en mesure  de nous  poser  dans l’  instant  présent ..?
Il  nous  faut  rendre  le présent  vivifiant …le  ranimer …en rapportant  de  gré  ou  de force  son  attention  à  ce qui  est …

Adopter une  manière  de  se  conduire où  V.Jankelevicht révèle  l’ aspect  essentiel de l’  adéquation  entre pensées  et  actes…

Cette manière  d’  être qui  s’ origine et se détermine selon  un  questionnement portant  sue ce qu’ il  est  possible  de faire  et  comment  le  faire …

Nous  pourrions  dire ,  se poser dans une  ouverture aux choses , aux  évemements ,   autres  …interroger  ce qui  se présente  grâce à  l’ intermèdiaire de cette attitude  d’ ouverture…

Nous  pourrons  alors  découvrir un  faire  et  un  être  qui s’  harmonisent …qui  ouvrent  sur  la  dimension créatrice   du temps…Le  temps  vécu  dans  sa  dimension  originelle…

Cette  dimension qui  fait  de  nous des êtres  en devenir …en mesure  de devenir  conscient que  lorsque  nous  cherchons à offrir  le  meilleur  de nous -mêmes …parce  que  nous pouvons  l’  offrir…alors  nous devenons  ce  que nous devons devenir …

Parce que  comme  ce philosophe l’ affirme  , «   le don , le  devoir  et l’  amour  sont  au -  delà de toute  limite » … 

 

 

«  Vouloir  tuer le  temps «   peut ainsi  être   relié à de multiples origines , à  savoir que ce soit pour  echapper à  la  mort ,éloigner   des peurs , conquérir une liberté , et  en cela quitter  certaines  habitudes….

Des  mobiles qui  différent  et  qui  peuvent  toutefois  se  rattacher à  une  cause commune …la  quète  de sens …quel  sens donner à  nos  vies …?

Cette  question fondamentale , essentielle ….que  nous  nous  la  posions   avec  lucidité …que  nous  la  prenions réellement à  coeur  où que  nous  ne faisons que  l’  entrevoir …Elle  Est…

Ne serait-  elle pas  ancrée au plus  profond de nous  - mêmes…?  

Question  qui reste en  éveil  envers  malgré  tout et  cherche à  tout  prix  à  se faire entendre  de chacun de nous..? 

Quète de  sens …quète  d’  éternité …Y aurait- il  un lien …?

Le  sens  profond d’  une  vie  révélée ne serait -elle pas  l’ accés  à  l’  éternité ?

Désir  d’  éternité …qui  nous définit  comme l’  évoque Platon…Un désir  inscrit légitimement en  chacun …

En chacun  de nous , grâce au  temps …que  Platon voit  comme  » une forme  pure  de l’  intuition  sensible « …grâce  à  l’ intuition  telle  que la définit  H.Bergson , une  intuition  créatrice , qui  ne  limite  pas l’  accés  au  savoir  selon  des mécanismes rationnels…

En  chacun  de nous , existerait ce potentiel , d’ approcher  et  d ‘être  au  monde …Cette porte donnant  accés à une  éternité  …

Se  limiter à  toute connaissance et approche  du  monde  en termes  strictement rationnels , nous  améne t- il pas  à  nous  couper  de  nous  mêmes…? 

Et  , ne serait- il  pas  envisageable de penser  que l’  intuition  ,telle  qu’ elle a  été définie  auparavent , qui  est assez  facilement tenue  à  l’ écart , soit , paradoxalement , une  des approches  la  plus  fiable en terme  de  connaissance du  monde et  de  soi…

Il ne s’  agit  pas  rejeter en  bloc  toute  connaissance rationnelle,  il  est  question d’  ouvrir  une  complicité entre divers  mode de connaissance .

Ne  sommes  nous  pas tout  simplement trop  ancrés dans des  schémas  simplificateurs  et réducteurs …

Si  nous parvenions  à  dépasser  ces  schémas  là , nous  percevrions  peut -être que l’ intuition  est  un  mode  de co-naissance  qui  serait  possible  de qualifier  davantage de « rationnel  » …au sens où  il  nous  donnerait  régulièrement  , des  manière  immédiate  la  connaissance du  monde , de nous  , dont  nous  pensons  avoir  besoin , qui  nous  est nécessaire …  

« Tuer le  temps  » …accéder à  un  autre mode  de co -  naissance …pour  naître  autrement  au  monde …se défaire  de ce qui  nous  éloigne  de notre  vérité  intèrieure …de  la  conscience comme  « pure présence  » qui  pour  Plotin n’ est  plus  reliée  à  un  objet…elle  « est conscience absolue  »

Ce  qui  nous  aménera à  développer une  autre  relation au monde , aux  autres qui  soit  animée d’  un  sentiment  créateur…

Vouloir tuer le temps , ne  serait – ce pas alors un désir d’  être  comme Dieu…?

 

 

 

 

 

  

 

 

 

Posté par clairelise dans Non classé | Pas encore de commentaires »

25-03-2008

Mon coeur résonne en accord avec ces êtres…

Je vous  découvre  chaque jour  davantage…

Je commence avec  Socrate …je  m’ immerge  dans ce  qui est  dit à son  sujet ,

Je  ressens comme  un écho …ouverture d’ une  dimension ,

L’  Humilité…bien au  – dela  de l’  ironie qui  lui est attribuée …

Mourir comme  il  l’ a  fait …qui  le  peut …qui  le  veut …?

Il a  accepté  son  destin …de   révolte , il n’ en  a  pas manifesté…

D’ autres êtres sont  entrés  dans  cette disposition …

Celle  de  se  soumettre au  destin  qui  se présente .

Ne serait – ce pas là notre humanité …ce qui  advient est là  pour  nous  enseigner ,

Non  pas  se  résigner à une  souffrance  infligée  gratuitement par nos murs intérieurs ,

Accepter ce que la  vie nous  présente ,et s’  en  accomoder pour  avancer  et  cheminer avec…Avec au  fond  de nous  l’  espoir  que rien  n’  est fermé ..que  tout  reste possible par – dela  et malgré  la  souffrance …

 

C’est bien ce que  j’  entends encore chez J.J Rousseau …cette manière de rendre l’ homme  divin…non  pas  supèrieur à Dieu …à son  image , avec  une humanité  qui nous  convie  à  devenir comme Dieu…

 

Et  ,  avec  F . Nietzsche …que  de  profondeur …

Sa  magnifique  attirance pour  la  justice …la  compassion …son  refus  d ‘ accepter une  certaine  forme  de souffrance …

Sa  volonté de se mettre  en  chemin  à  la  recherche  de Dieu …de  cheminer  vers lui , à  ses cotés …de le laisser vivre en lui au  dela  de certains  discours …

Les  valeurs …sa formidable résolution à  questionner  les valeurs  établies …son  projet  de renverser les  valeurs …celles  où  n’ existe  ni  sens , ni  justice …celles  qui  éloignent l’ Homme  de  lui-  même  et par  la  même  de  Dieu…

 

La question de la  mort abordée avec M.Montaigne…cette ultime aboutissement qui  nous renvoie à ce qui  est  essentiel  …au  sens  de notre  vie …

Partir de  là  où  nous  sommes , de l’  Homme  tel  qu’ il  est  avec ses imperfections …simplement sans  le charger  d’ une  faute originelle , d ‘ une lourde   culpabilisation  …

De  cet  Homme , en   attendre le meilleur  , en  espèrer le  meilleur …parce qu’ au coeur  du  monde  peut  se découvrir  le  meilleur …

 

Vivre tel que  J.P Sartres  nous  y  invite…conscient de notre  solitude …non  pas  isolée  des  autres …une  solitude de responsabilité …se poser  en ses choix  comme  celui qui  s’  y  est  engagé  pleinement…qui  essayera   d’  en  porter  les  conséquences  sans  plier  sous  leur  poids…sous  le  poids  d’ une  cupabilisation  massive … 

Rendre  à  l’  Homme  sa  Liberté …don  de  Dieu …don  inestimable , que  nul n’est  en droit  de  vouloir s’  approprier  aux  depens d’  autres  êtres… 

Vivre  avec  enthouisiasme  , tel  que V.Jankelevitch nous  le  propose…avec  une  innocence ..un  esprit d’  innocence …proche  de  l’  enfance …( à  suivre)

   

 

 

 

Posté par clairelise dans Non classé | Pas encore de commentaires »

20-03-2008

« Leçon « de philosophie …

Un  peu présomptueux cette  dénomination …

C’ est  pourtant  ainsi  que  ce  nomme  cet  exercice …je  n’  ai   pas  tout à fait  terminé …

En  fait  , il  me  faut  encore  relier  ce qui  m’  a  été  donné  d’  écrire  au sujet  de  notre  volonté  de tuer le temps , à  des  pensées  d’  auteurs  connus…

J’  ai  déjà  ma  petite  idée…

Il  me semble  que  Platon  sera  le  bienvenu …éventuellement Saint  Augustin…Bergson …devrait  y trouver sa place …Nietzsche ,  encore là …à  voir …

Il  serait  temps  que  ce travail  s’  achéve …même  s’ il  ne pourra  connaître  un  achévement  complet  et  total …

Voilà  prés  de  trois  mois  que j’  ai  abordé  ce sujet …exactement le  2 décembre 2007..

 

Bientôt  j’  y  mettrai  la   » touche  finale « … 

Et  , juste  quelques mots  encore …hier  était  un grand  jour …tous  les  jours  ont  quelques  chose à  nous  réveler …

Un jour  ,  peut  -  être  je  vous  révèlerai  le  don  de ce 19  mars …dans  ma  vie …

Posté par clairelise dans Non classé | Pas encore de commentaires »

08-03-2008

Et , c’ est encore la musique qui me porte …

Qui  me  porte  et  m’  apporte tant …

Qui  m’  offre tant  de  bonheur,

Tant d’  émotions… envol en des  sphères  de  plénitude infinie…

La mélodie , merveilleuse  ,  sublime  mélodie …

De  celles dont  on  se souviendra  toujours …Mozart , Schubert…et  tant  de  compositeurs,

De  ceux  qui  ont  vécu , de ceux  qui  sont ,

Des  êtres  qui  mettent  leur coeur  ,  qui  se  donnent avec  une telle intensité ,

Intensité  divine de leurs  oeuvres …

Laisser  la  mélodie  imprègner mon  être …

Cette  mélodie , n’ être  plus  rien  qu’ une présence à l’  écoute ,

Ecouter , et  se fondre en  ces  sonorités …

Et , au – dela  du sens des  mots , de la  langue …

S’  élancer , s’  envoler avec cette mélodie ,

Il y  a  , grâce à cette  communion  musicale …

Laisser  ma  voix comme  emportée …

Emportée grâce  aux sonorités enveloppantes …

Me sentir enveloppée , emerveillement pur…

Ouverture  sur l’ infini…

Où  mon âme se   reconnaît  et  livre ce qu’ elle  est… 

 

Posté par clairelise dans Non classé | 1 Commentaire »

02-03-2008

Sa musique m’ enchante tant…

Il  y  a  sa  voix…que  dire  d’  elle…

Profonde …dense …ennivrante …résonnance  de  perfection…

Une   douceur et  une force …elle  peut  être grave et  s’ élever  si  haut,

Dans une dimension  …magnifique …magnifique est sa  voix …

De l’  entendre naissent   en  mon être des sensations inconnues  alors ,

Des  sensations  qui  m’  offrent leur  légèreté,

Qui  donnent à ma vie d’  autres  couleurs…

Il s’ ouvre  un monde  où  je  me  sens transportée …

Transportée  et  comme  enveloppée  de  sentiments  délicieusement  paisibles,

Alors  je  l’ imagine ,  je  le  vois , dans  son  bonheur de  chanter …

Son  désir de  laisser  sa  voix vibrer ,

Et  , ce  bonheur ,  ce plaisir …de  donner , de  se  donner  en des  mélodies …

En des sonorités qui  relèvent d’ une  dimension  merveilleuse ,

Un  son  si  pur que  mon  âme s’ en trouve  bouleversée,

Un peu  comme si elle  retrouvait son  harmonie  originelle..

Le  voir  et l’  entendre s ‘ envoler  en des  sphères éblouissantes …

C’ est  magique …divinement magnifique …

C’ est  un  bonheur  à savourer  …

A  mourir  de plaisir …heureusement que tu existes …

Et , grâce à mes enfants , je t’  ai  connu…

Michael , je  crois  que  c’ est  son  prénom…

 

 

Posté par clairelise dans Non classé | 1 Commentaire »

La Cuisine de Fabienne |
Adresses utiles et animations |
Restauration Vespa Primavera |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | les ribotons
| LEGIO BURGUNDIAE sources
| mbokfrancois