Archives pour février 2008

16-02-2008

Le temps et la conscience …

Déjà  , je  me sens motivée et  curieuse …

Comment  aborder  ce  sujet ..?

A  quoi  bon  parler  du  temps…?Nous  en sommes  esclaves …nous  y  sommes  soumis …

Ce temps ,  qui  n’  en fait qu’ à  sa  tête, attente  démesurément  longue et interminable ,  alors  que  nous  mourrons  d’  impatience …c’ est  à  la  limite  du  supportable …

Temps infiniment trop court  des  ces instants  fragiles  où  le  bonheur paraît  à  notre portée  et  ,  l’  espace d’ une seconde  ,  tout est  bouleversé …

Pourquoi  , temps , ne  voulais-tu  pas  t’  arrêter ,  suspendre  ton  vol  et  me  laisser ce bonheur à peine  entrevu…J’  ai  à  peine  eu  le temps  de l’  effleurer  que  déjà  il n’  était plus  qu’  un souvenir  qui  me  laisse une  empreinte …

Une  marque  profonde de  sa  présence à  jamais révolue , et  vers  un  avenir  vide  de  cette  présence  , je  suis emportée , sans  le  vouloir  ,  sans pouvoir  m’  enfuir …

Et  , fuir  dans  quelle  sens , quelle orientation donnerais- je  à  cette course …?

A  quoi  bon courir , me  précipiter , pourquoi  ne  resterais-  je pas  sur  place  …il suffit  d’  attendre  ,  immobile , nul  besoin de  me  mouvoir , le  temps  m’ emporte  avec  lui , malgré  moi , il ne  me  demande  jamais mon assentiment …

En fait  , il  est  cruel et indifférent , il  sait  où  il  me  méne , et  connaît  mon  impuissance  face à son  pouvoir …

Pouvoir …mais  n’  ai-  je  donc  aucun  pouvoir , ne  suis-  je  que  le  jouet  de  ce temps  qui  au gré  de  ses humeurs  , de  ses vouloirs  m’  entraine vers des rivages   tantôt verdoyants  ,  tantôt  obscurs …

Non , je  ne  suis  pas  un instrument , je  ne  suis  pas  l’  instrument  du  temps , je  sais l’  utiliser à  mon  avantage ,  je  le  peux …même si  lui  me fait  sentir qu’ il me dominera toujours  en quelques  lieux , je  ne  suis  pas  à  sa  disposition ,  manipulée  comme  un  objet  dont  l’  utilité  se  laisse  questionner …je  ne  suis  tout  simplement  pas  un  objet …

Et  ,  ce temps qui  veut  me  vaincre  , je peux  l’  apprivoiser …sans  qu’  il  y  préte attention , je  saurai  le faire docile  et  entretenir  avec  lui  des relations  amicales …

Nul  projet  de le soumettre  à ma seule  volonté ,  à  des désirs vains  et  éphémères ,  de  cela  , il n’  en a  que  faire  et  aurait  tôt  fait  de s ‘  en jouer  , de se jouer  de  ma  vanité…

En fait , il me  teste ,  il  est  exigeant et  pertinent …et  ne  donnera  que  ce  à  quoi  j’  aurais  aspiré  avec  une  vraie  sincérité  du  coeur  …mais  il  faudra  en  payer  le  prix …et  surtout  accepter  d ‘  en payer le  prix …

 

Petite introduction , d’ autres  arguments et  d’  autres  notions  recouperont ce sujet  en  des temps  à  venir …

Là  où  réside  la  confusion en mon  esprit à  ce jour , c’ est à  propos  du  temps et  de la  durée …

Est-  ce  si  simple  de différencier  ces  deux  notions …chacune  ayant une définition précise  permettant  de bien  situer les  deux  notions …

La  durée ,  une  continuité , fluidité …déroulement  ininterrompu…impossibilité  à  situer un  présent  …le  présent  n’  existe  pas …il  disparaît  avant d’  avoir  pu  être…

Aspect  virtuel  de ce  présent  ,  la  durée  le réduit  à  néant , elle l’ engloutit , se  l’  approprie sans  le  laisser s’  épanouir …et  ,  pourtant  n’  est -il  aucun  instant …De ces  instants  où  la  durée  se  transforme  … laisse  place  à  une  sensation  intense  ,  sensation  profonde  d’  un  présent  qui  dure …et  durera encore …et  encore …

Instant d’   éternité …inscrit  au  plus  profond  de  notre  être  …

Qu’  est  ce   donc  l’  éternité ,  pour  nous  qui  sommes  mortels…?

D’  où  la  nécessité  de  s’  interroger  quant  à ce  qui  meure…nous  mourons …

Mourir ,  comme  dit  Epicure , cela  ne  nous  concerne  pas …Nous  sommes  en  vie , donc  nul  besoin  de  se  soucier  de cet   aspect  là  ..;et  une  fois  que  notre  mort  arrive …nous  ne  sommes  plus  …c’ est  tout  ,  donc au  final , la  mort  n’  est  rien  ,  ne  peut  nous  atteindre …

 

Cela  parait  un  peu  étrange  ,  d’  autant  que  la  mort  , nous y  sommes  confrontés …peut -  être  pas  la  notre  ,  toute  personnelle ,  il  s’  agit  de  celle  de  ceux  qui  sont  si  chers  à  notre  coeur  ,  et  aussi  celle  de toute personne …

 Chaque  être , quel  que  soit  son  âge ,  est  aimé  ,  précieux  pour  d’  autres …

 » Personne  n’  est  personne  pour  personne  , non  ,  ça  n’  existe  pas  …Non  ça  n’  existe  pas  »

Tout  être  a  été  Aimé   et sera  encore  aimé …

Donc  , lorsqu’  une  personne  meurt , cela  laisse un  vide  dans  le  coeur d’  autres êtres …et  ce  vide  là  dure, il  dure  longtemps  ,  longtemps ….

Avec  le temps ,  cela  se fait  moins  douloureux …la douleur  laisse toute  sa   place à l’  Amour…à  ce  lien  puissant  et  vivant …

 Ce  lien qui fait  que ceux  que  nous  aimons  et  sont  ailleurs  , sont  proches  ,  sont  avec  nous dans l’  Amour…Lorsque  l’ Amour  unit  des  êtres  , rien  ne  peut  les  séparer… 

Si  la  mort pourtant nous  touche  à  ce  point , je  crois que  la  question qu’  elle  veut  nous  poser …cette  question  est  celle  du  sens  que  nous  donnons  à  notre  vie, notre  existence  …Et , en même  temps , elle  nous  révèle combien  la  vie ,  toute  vie  est  précieuse…la  vie n’  a  pas  de  prix…

Chaque  seconde  qui  s’  écoule est  aussi  précieuse ,tout recommence , rien n’  est  figé …la mort  me  dit  que  je  peux  oser  mes  rêves ,  mes  projets …tant  qu’  elle est  juste  un  mot  ,  j’  ai  le  droit  d’  espèrer  , de croire en  moi ,  en ce qui  me porte  et  m’  habite si  profondément …

Elle  ne  me donne  pas  de certitude  quant  à l’  avenir ,  elle  me  fait  savoir  avec  certitude qu’ il y a  un  avenir …

Même  si  elle  m’ attend  au  bout  de  mon  chemin , elle sera  là  , un jour  ,  sans  aucun  doute  et  , lui  échapper n’ est  pas dans  mes espoirs …elle  ne  m’  effraie plus , elle  fait  son  oeuvre …elle réalise ce  pourquoi  elle  est …

Elle  me  conduira  là  où  je  dois  aller ,  je n’  aurai  pas  à  choisir …

Alors  que  maintenant ,  je  me  dois  de choisir …choix  perpetuel …Où  se  situe ce  choix …conscient  de  ce  qui  se  déroule …où  alors  serait – ce à  notre insu que  tout  se déroule….?

Je suis là , je  crois , là  , maintenant et  le  temps  me demande , ce que je  veux  faire …ou  ne  me  demande- t-il pas  plutôt  ce  que je  peux …

Là  est  la  question ,  que  puis -  je faire , que  dois – je  faire …

Devoir ,  au  nom  de  quoi …

Pouvoir…quel  est  ce pouvoir …?

Renvoie t- il  à  ce  qui  est  inhérent  à mon  être …comment  savoir  alors  de quelle  nature  il  est…

Le  pouvoir …celui  de la  domination…?

Confusion…

La  domination , n’ est  rien…elle  vise essentiellement à  réduire autrui  à  instrument …à  de l’  utilitaire …Est- ce là  que le temps  nous  engage …nous convie…?
Si  j’  instrumentalise  l’ autre  ,  je  deviens  à  son  image …et  deviens  un  instrument  à  mon  tour  …

Le  temps  m’  interroge  alors , qu’  as  – tu  fait  de ta  vie  ,  jusqu’  à  présent ..?   

Que répondre …j’  ai  occupé  mes  journées …occuper …?

De  quoi  t’  es – tu  occupé …? de qui t’  es – tu  occupé … ?

Que reste – t-il  de  tes occupations …montre – moi …?

Qu’  ai je  donc  à montrer …?

Ce  que j’  ai  acquis …mes  biens …?

Quels  biens…le  bien  que  j’  ai  cherché  à  mettre  en oeuvre  et  à  répandre  …c’ est  de  ce  bien  là  que  le  temps  se  préoccupe …

Le reste , il  ne  le voit pas  , cela  n’  existe  tout  simplement pas pour  lui , c’ est ainsi , de par  sa nature , il  va  essentiellement à  ce  qui  Est…

Ce  qui  Est , résiste  au temps …dure …la  durée …nous  use …nous  devenons  vieux …

Notre  corps perd  de  sa  vitalité ,  notre  cerveau perd  certaines de ses fonctions de  manière  plus  ou  moins intense…

Que reste – t -il alors ?

Et  ,  lorsque  le  corps  se  meure , nous  disparaissons à  jamais …?

Nous  ne  sommes  plus …nous  ne  sommes  plus  là …ailleurs , alors?

Ceux  que  nous  Aimons  et  qui  sont  ailleurs , ont -ils  complètement disparu pour  nous…?
Comme  s’  ils  n’ avaient  jamais existé…?
Il n’  est  pas  ainsi , non , la  souffrance ,  le  manque  nous  apprend  davantage encore  qu’  ils  ont  existé , qu’  ils  ont  une  place que  rien ne  pourra  effacer ,dans notre  coeur , ils  sont  et  demeureront …

Aussi  bien  aujourd’hui ,  que  hier …et  tout  comme demain …dans  mon  coeur , demeure cet  enfant que  j’  ai  chéri  avant  de le savoir  grandir  en  mon  corps ,  et que je  continue à Aimer …

Je  suis  en capacité  de  me représenter  le  temps  qui  passe , cela va  faire bientôt trois ans que  Mon  petit  Ange  a pris  son  envol …je  peux  mesurer  le  temps …

Est -ce  que  cela  s’ est  écoulé rapidement ou non, quelle  importance ?

J’  ai  gravé en  ma  mémoire ce  parcours ,  des  premiers  instants , ceux  qui  ont  été  meilleurs …ceux  qui  ont  été  magnifiques …et  de  tout  temps  , de tout ce  temps …quels  que  soient les moments de ce parcours , ce qui  vit  le  plus  intensément …

Ce  qu’il  m’  a  été  donné  ,  en  même temps …avec une  parfaîte  synchronicité…il  m’  a  été  donnée de  me  sentir Aimée …de  ressentir un  Amour  profond …au  dela  de  la  douleur poignante et  lourde  dans ce  chemin … 

Alors ,  ce  temps , qu’  a t’ il  fait  de  moi…depuis …Qu’  ai je  fait  depuis tout  ce temps …?

Suis -  je  identique à  ce  que  j’  étais  au  moment  de l’  envol…?

Oui ,  je  le  suis …je suis restée  la  même ,  je  ne  suis  pas devenue une  autre …

Non , je  ne  suis  plus  celle  que  j’  ai  été avant  de  connaître  ce destin là…et  pourtant je deviens  de plus  en plus ce que  je suis …

Je  suis  et la  même , et  différente … ce que  j’  étais  est  encore  toujours  là au creux  de moi …ce  que  je  suis devenue , me rapproche  encore  bien  davantage  de moi …

Est-  ce  le temps  qui  oeuvre  en moi …?

Ou  est -ce  mon  oeuvre  qui  se déroule dans le  temps …le temps  n’ est- il  qu’  un  support , un moyen …?

Ne  sommes  nous  pas  ,  tous deux  complices …?

Nous  savons  que  nous  n’ avons  aucun pouvoir sur  le  temps …Alors  , ce  pouvoir ,  déjà  évoqué auparavant …serait -ce  celui  d’  oeuvrer sur  soi…?

Avec  le temps , grâce au  temps…Une  oeuvre  qui  dure le  temps  nécessaire …qui  prend  le temps ,  le  temps  suffisant pour aller  vers  l’  achévement d’  elle -même …

L’  oeuvre  tend  à  son  achévement …elle  ne  connaît  que cette  voie là  , quelques soient  les  parcours  empruntés …

Un  achévement  qui tend  à réveler ce  qui  vit  en  nous …ce qui est  présent  et  demeure  en permance …un  achévement qui    nous  conduira inexorablement  à  la rencontre  de qui  nous sommes  …

Et  ,  cette  rencontre  aura  lieu …

Nul  ne  pourra  fuir  ,quel qu’   il  soit  , et  si seule  , la  fin  de vie  ramenera le  sujet à  sa  propre rencontre …c’ est  alors   cet  événement ,  c’ est  la  mort qui  ouvrira  les  yeux , à  celui  qui  n ‘  a  pas  effectué  cette rencontre auparavant …  

Et  , je  crois ,  qui  que  nous  soyons , que nous  aurons  à  apprendre  à  ce moment là …nous  ne  pourrons  jamais étre aussi prés  de nous-  mêmes  que dans  la  mort  …

Et , là  je  dois  faire  part  de mon attrait  pour  la  mort …c’  est  un  sujet qui  m’  interesse profondément …des craintes intenses qu’ elle pouvait susciter en moi , est né  un  intèrêt …un  intèrêt certain …

Je n’  ai pas envie de m’  y  frotter  de si  tôt ,  seulement  soyons  réaliste …c’  est  mon destin …  celui  de  toute  l’  humanité …

Alors  autant en  parler ,  avancer dans  la  crainte  qu’ elle peut  inspirer …essayer de  ne  pas  fuir …chercher  à  comprendre  ce  qui fait  si  peur …dépasser  avec le  temps  cette peur …

Il  est  évident  que de vivre  en craignant terriblement la  mort , ne  laisse  pas  vivre en  paix …

Si  la  mort nous  attend , c’ est  qu’  elle  est  nécessaire …indispensable  à  notre  existence …et  donc  par  là même ,  elle  ne  peut que  nous  ouvrir  à  une  dimension qui  nous appelle  et  nous  apaise…  

Elle  nous  ramène  à  l’ essentiel …elle  nous apprend que nous  sommes  si  peu…une  vie  est si fragile …une  fraction  de seconde , et  notre  univers  peut   étre  bouleversé …tout  s’  effondre …ou , c’ est  nous  qui  nous  en  allons …

La mort  nous  apprend  que  nous  sommes  si  peu  , avons  si  peu de pouvoir …celui  dont  parfois  nous  croyons disposer  et nous  éloigne    de l’ essentiel …La mort nous révèle  un autre pouvoir …celui de l’ Humanité permanente , inhérente de notre être …
Que  ne serions  nous  pas prèt à  endurer pour  ceux  que  nous  Aimons … à  accepter par  Amour  pour  eux  ?

C’ est  ,  dans  cette volonté  de puissance  que  se manifeste  notre oeuvre , que nous pouvons  la  manifester  au  mieux …

Cette  volonté  là , est aussi celle  qui réside en nos  passions , celles qui  nous  donnent des ailes et  nous  font  rêver  …qui nous procurent  des moments de plénitude d’ une rare beauté …C’ est  une volonté  qui  comprend en  son centre un  acte  désintèressé …

Aucune  attente de reconnaissance d’ autrui ,  de bénéfices matériels …un don  de  soi gratuit  ,  et  paradoxalement il  sera  celui  qui  nous  enrichi plus  que  tout  autre  acte …

Il nous  procure tant de bien – être , il  nous  propulse plus  haut  que  nous  ne  pouvions l’ imaginer …il   participe  de notre métamorphose …

Et  ,  tout  ce processus vit dans le temps , grâce  au temps …  et  prend  le  temps  qu’ il faut  , il durera  selon  ce  qu’ il a besoin de durer …

Peu  importe la  durée…Le  temps nous offre son éternité…celle  des  moments ,  des instants ou  nous  n’existons  non plus seulement  de part  notre corps , ces  instants  où  notre présence au monde  semble  tenir de la  pure   sensation infinie de  plénitude   …

 

A  l’  inverse  ,  il  nous  est  donné  de ressentir  en son être une telle souffrance qu’ il nous  semble   être  sans vie …

Chaque  seconde qui  passe est  chargée d ‘un poids qui nous engloutit , nous  laisse  sans  souffle …à  chaque  respiration  se déploie une  douleur …mais d’ où  vient -  elle , elle  ne  se  laisse pas  voir , elle  ne  se  laisse pas  toucher …et  pourtant  elle  nous  déchire comme  une  plaie d’ une  profondeur …nous nous sentons  à  vif …

Presque comme  ravagé  par  un  feu , broyé  telle une coquille  vide  …que  rest- t- il  alors  de nous…?

Et  , nous  ressentons  cela  de manière durable , le  temps  n’  est  en  aucuncas  interrompu  par  ce  qui  se  déroule en nous …il fait  son  oeuvre , indifférent à  notre  souffrance …l’  est- il  vraiment ?

Le temps  aide  tant à guérir  nos  plaies …il  nous  relève …nous rend  notre existence …nous  rend à nous -mêmes…

Que  pouvons  nous  entreprendre pour  que  le temps  s’  engage  ainsi avec nous ?

Être -là , pouvons -nous  plus   que  cela?

Se  pencher  sur  le  présent …se  pencher…?

Existe- il alors  ce présent …? Il  existerait  peut – être , ce serait  nous  qui  ne savons  pas le  laisser vivre pleinement…?

Comment lui  donner  vie  …?

Avons – nous  ce   pouvoir  …?

Avons – nous  un  pouvoir de cette nature…? 

Paradoxe de l’  existence , nous  ne  pouvons  qu’   adopter une  attitude de soumission  devant le temps …et  pourtant il  a  tant  besoin  de nous  pour  exister  dans  sa  plénitude

Qu’ est  – ce que  la plènitude tu temps?

Serait – ce en lien   avec notre état  intérieur ? Un mécanisme , au  sens ou  notre matérialité  est  entièrement  conviée à  s’  immerger  en une dimension qui  est  à  notre  portée …à  vibrer en harmonie  avec notre être …

Il  semblerait que cela relève  d’ une simplicité toute  enfantine …à mon sens ,c’ est  ainsi  que je le perçois …tel  des enfants , vivre l’ instant  présent …rien  n’  existe  …
Rien , n’ a  plus d’ importance que  ce moment là…aucune préoccupation quelle  quelle soit  ne devrait  nous détourner du moment présent …

Un  présence si dense , que  son  intensité  seule peut  révèler un bonheur de vivre …

N’est  – ce pas  le  bonheur que nous cherchons , qu’ avec le temps  nous  pensons savoir  construire …qu’ avec  le temps nous  espérons   voir  venir à nous un jour ?

Et , ce bonheur que nous  voyons  souvent  comme  un  à – venir ,  est - il  réellement    dans  un avenir …?
Il  vit  au  présent , et ne connaît  pas  cet  avenir que  nous projetons, dans lequel  nous  essayons de l’  enfermer ..Il est libre , et  dans  un  envol majestueux , nous  le  fait  savoir…

Il  se  donne à  qui  ouvre  son coeur en  toute  simplicité , sans  rien demander  de plus que de  vivre  cet  instant  qui  se  présente …qui dans  sa  présence nous  renvoie  à  qui nous  sommes …
Qui  nous ouvre  à  nous – mêmes …Savons – nous  être  ce que nous  sommes  ,savons – nous  accepter d’  Être  …  

Le  temps  nous le  dira …?

Oui , je  crois , le  temps  nous  le révèlera…

Le  temps est- il  alors  révélation  de l’ Être…?

 

 

  

Posté par clairelise dans Non classé | 1 Commentaire »

14-02-2008

Petite pause avant de revenir à ce merveilleux philosophe…

A  peine  ai- je ouvert les  yeux  que  me vient  ce puissant désir de  m’  envoler avec  ma  voix…

Irresistible  élan , qui  appelle  ma  voix  à  entrer en des  mélodies  divines  » To  love  you  more »…celébrer  la  «   fête   » des  amoureux  ,  simplement  ,  grâce  à  cet  Amour infini pour  le  chant …
Même si  , en  mon  coeur,  c’  est la  solitude  qui  régne…

Sur  cette  mélodie ,  ressemblance harmonieuse  avec des  sonorités classiques qui  donnent à  cette  musique une  dimension  sublime …

Et  ,  sublime  bonheur de  m’ élever en  harmonie dans  cet air  majestueux…

Et  , plus  tard  , rejoindre  Mika ,  dans  les hauteurs magnifiques  où  il  évolue …

J’  Aime  cet artiste ,  comme  jamais je  n’  ai  connu d’  élan passionné pour  une  voix  ,  une  musique  et  un  personnage …chacun  ses  goûts…

Posté par clairelise dans Non classé | 1 Commentaire »

13-02-2008

Pour en revenir à B.Spinoza

Je  tiens  à  préciser que  ce que j’  ai  compris de  cet  ouvrage  et  des idées de  cet  auteur  est  personnel , il se peut que  je  me sois  parfois  trompée  ,  ce que j’  écris  est  mon interpretation  et  peut  être  sujet  à  discussion.

Le  traité  des  autorités théologiques  et  politiques  à  été  écrit  entre  1663et 1673 , si  j’  ai bien compris.
B.Spinoza  ,  philosophe  solitaire , rejeté par les  membres de sa communauté , exprime une  part  de  sa  révolte par  l’  intermédiaire de ce traité . Il  est  pourtant  fort  loin  de ne faire qu’  un  playdoyer pour  sa  cause  personnelle.

Toutefois , son  vécu l’  amène  à se  mobiliser  avec   énérgie  et  pertinence  en faveur de la liberté  de  penser.

Cette liberté  de penser , il  la   considère ,et  en cela je suis  en  parfaît  accord  avec  lui , comme une  condition  essentielle  ,  indispensable  d’  un  fonctionnement cohérent  et  durable de  tout  état.
Un  fonctionnement  juste , adapté , en  mesure  de gerer  au  mieux  les difficultés  inhérentes à  la  complexité de  toute  organisation  institutionnelle  et  des   liens  sociaux . 

Il  lui  apparait  évident qu’  aucun  pouvoir  en  place  ne  saurait en  mesure  de contrôler  complétement chaque  individu dans  sa totalité .
Si  cela  s’  avérait  possible ,  ce que  l’  auteur ne  pense  toutefois  pas être  du  domaine  du  réalisable puisqu’il  dit  «   supposons  » …Alors  c’ est  avec une  violence  démesurée que  ce  régne  s’  imposerait  aux  sujets .
La  volonté  de  déposseder les  étres  de leur  liberté  de penser  n’ est rien  d’  autre qu’  une  violence  extréme  exercée  à  leur  encontre…

B.Spinoza   se refuse  de penser  que qui  que  ce soit  ai  voulu  , ai pu  projeter  de mettre  en application un  tel  projet …où , peut – être at – il  voulu  signifier que c’  est  au  sein même  de sa  communauté  qu’  il  a  pu constater une telle volonté  ?

Cette  violence peut  s’ exercer  grâce  à  des menaces , une  forme de  contrainte où  la  crainte  du  châtiment  tente de  conduire  la pensée des êtres …

Seulement ,  plus  la  contrainte veut  se faire  puissante , plus la  resistance  peut  aussi se  positionner…

Là  , où  cela  se  complique , c’  est lorsque cette  volonté  de  contrôle  des  esprits  emploi toutes  sortes de  moyen subtils , comme  l’  utilisation  de  discours  attrayants censés relever d’ une  loi suprême…discours construits  de  telle sorte  que les  esprits  soient  admiratifs  et  quelque  peu   égaré ,  en raison  d’  un  complexité  volontaire  du  discours.

Ainsi , le  commun  des  mortels  se sentira  tenu  en respect  par  ceux  qui  formulent  de tels  discours et  attendra  d’ eux  un éclaircissement afin  de  les  guider et  de les  amener  sur  la  voie  du  salut…

Il  n’  y  a  là  ,  pas  à  proprement  parler  une  forme  de  violence , il se  profile  toutefois  une  volonté de ramener chaque  être  aux  mêmes  croyances avec  comme  idée  centrale  que  tout  ce  qui  différe  de  ce  mode  de  pensée  éloigne  de la  vérité ,  et  est  donc  un  obstacle  à  l’  accomplissement  d’  une vie  juste …

D’  où  ,  création d’  un sentiment  de  culpabilité  chez  l’  individu ,  dont  le  coeur  ne  peut légitimement  suivre  des  préceptes  qui  ne  rencontrent  chez  lui  aucune  adhésion , tout  en  ne  l’  empêchant  pas  de mener  une  vie  juste …

Parralellement  à  ce sentiment  de culpabilité  naît  aussi  un sentiment d’ infériorité , l’  être ,  se trouvant dans l’  incapacité  de faire  sien  ces  préceptes ,  il  pense  ne  pas  être  à  la  hauteur  …

Ni  à  la  hauteur  d’  une  vie  juste  , ni  à  la  hauteur  d ‘ une  quelconque  capacité  à  comprendre  ce qui  pourrait  l ‘  aider  à  vivre  justement …

D’  où  découragement  massif  , avec  abandon  de  tout   sentiment de responsabilité …

Comment  amener  au  mieux les  individus à  se  soumettre  en pensée que de  leur  faire entendre  qu’  ils  ne sont pas capables  de penser  et  de raison…!!!

Et  tout  cela  avec  une bienveillance  apparente , qui  a  tôt  fait  de se changer  en intolérance  des  plus  cruelles si  l’  on  ose  penser  différement  , ouvertement …

 

Pourtant  la soumission est un  aspect  fondamental   assurant la  survie d’  un  état …en  quoi  consiste cette  soumission ..par  quels  moyen ceux qui  gouvernent  se doivent- ils  de  recueillir  cette  soumission…?

L’  on pourrait penser  que  c’  est en raison  d ‘ un gouvernement  inscrit  dans  une  vision de la  justice  la plus noble  qu’ il soit  possible d’ envisager que  chaque  citoyen  sera  volontairement et  spontanément amené  à  se  soumettre.
Mais  ,  c’ est  là  une  vision plutôt utopiste  , et la  notion de justice  est d’ une complexité en  certains moments…par  ailleurs , il  n’  est guère  envisageable  que  la  loi ,  soutenant la  justice puisse  tout anticiper…

De plus ,  même  élu  par  le  peuple ,  le  pouvoir  en  place  ne saurait  se trouver  confronté  à  des  divergences et  obtenir  l’  adhésion  parfaîte  en  toute  décision  de  tout  citoyen  reléve  d’  un défi  guére possible…

Donc , une  fois  le  pouvoir  en place , élu  selon  des méthodes  démocratiques , le peuple  se  doit  de  se  soumettre aux  décisions …celles-  ci  peuvent faire l’  objet  de  discussions , mais  dans  les actes  , nul  n’ est  en  droit  de remettre  ouvertement  le  pouvoir en place … sauf  cas  de  force  majeur (  cela  se doit  de rester  la  solution ultime  devant  un danger  mençant la  démocratie  dans  son  existence  même )

Ce  qui  semble  essentiel , c’ est  que  chaque  citoyen  se refuse  de diffuser des sentiments  de mécontentement  massif au  sujet  du  pouvoir  en place , celui  – ci  ne  peut étre  efficient si  de  toute part il est  en  permanence  disqualifié…

Reconnaître  cette  puissance et  lui  accorder  le  crédit  qui  lui  permette  de  remplir  sa  mission est  indispensable …et l’  erreur  est  humaine , ne  le savons – nous  pas , nous  devons  si bien le  savoir  et pourtant  ne reconnaissons plus  ce droit , celui  d’  être humain ,  humain  et responsable …

Il  est  facile de  tenir  des  propos de nature   à  tout  remettre  en question ,d’ autant  plus que  nombreux  sont  les  individus  qui  se  prononcent sur  bien  des sujets  sans  en  avoir  la  compétence  et  sans  en  avoir  une connaissance suffisante …chacun  croît  détenir  en son  opinion des  vérités  qui  n’  ont  parfois  aucun  lien avec  la  réalité  de  ce  qui  est  question…

 

Il  semblerait  donc  ,  que  le  pouvoir  en place  demande  une  fidélité  éxigeante  à ses sujets …

Ce  pouvoir , demande l’  obeissance…Il  va  s’  attacher avant  tout  à  cet  élément …comment  serait -  ce possible  de  régner    si les  sujets  se  revoltaient  sans  cesse  et n’  acceptaient pas  les  «   régles  du jeu « …?

Ainsi  , le  pouvoir  va  – t -il user  de  divers moyens  pour  obtenir  cette  obeissance …  capacité   qui  ,  selon  B.Spinoza  est également inscrite  en tout  être .;encore  faut -il  qu’  il  la  choisisse…!

Il  est  alors  bien  question  d’ un  choix personnel , chaque sujet choisissant de se  soumettre dans  ses  actes où  de se  poser hors  la  loi…avec  les conséquences que cela  peut entrainer  pour lui…à  savoir  réaction plus  où  moins  autoritaires  ,  dont  l’ objectif  ne  se  situe  pas  en terme  de punition , plutôt  en terme  d’  éducation…

Amener le  sujet  à  comprendre que  son comportement est  préjudiciable autant  pour  lui  que  pour la  communauté …

Attitude responsable  du  pouvoir  en place ,  qui tout en     dirigeant   l’  état  , se doit  d’  éduquer le  citoyen pour  en faire un  citoyen et  un  sujet responsable …un  sujet  libre

L’ état ne saurait  faire l’  économie  de la  mise  en  place  de loi  ainsi que  de sanctions  …

Les  penchants  humains ,  parfois  si  difficilement  maîtrisables ne  trouvent d’autres freins que  la crainte  de  sanctions . Celles-  ci  se  devant d’  être  perçues  comme  étant  plus  préjudiciables  que  de renoncer  à  un   intèrêt strictement   personnel  …

Il  est  visible  que  cela  ne  résoud pas  toutes  les  difficultés et que  les  transgressions  restent  toujours d ‘ actualités…

Et , il  apparait  ainsi  que  la  violence  exercée par  certaines sanctions  n ‘ est  pas une   réponse  éfficace  à  l’ absence  d’ obeissance  de  certains  sujets …Elle n’ a  d’  autre effet, parfois  que d’ augmenter le refus  de soumission  et  d’  alimenter une  révolte  des  plus destructrice…le  sujet  aliéné , n’  a  pas  accès  à  une  quelconque responsabilité…

Toutefois , la  crainte  d’ un  châtiment juste  ne peut  qu’  être nécessaire , tant  la  nature  humaine  peut connaître de débordement , sans  porter de jugement , il  est  tout  simplement ardu  d’  être  constant ,  respectueux  et  de  faire  parfois  passer  certains intèrêts  après ceux  d’  autrui…les  tentations  sont  nombreuses   et  nul  n’  a  de  garantie  permanente de   ne jamais  chuter…

Pour  en revenir  à  la  souveraine  puissance , à  son  autorité …c’ est  donc  elle  qui  se  fait  entendre  dans la  conduite  des  sujets …même  s’  ils  choisissent  délibèrement   de  suivre  les  préceptes , ce  n’  est ,non  pas  en  leur  vouloir  propre  , mais  bien  du  fait  de la  souveraine  puissance  en  laquelle  ils  ont  remis leur  puissance  personnelle …

Pourtant ,peut - on   affirmer  que  ,agissant  conformément à  la  volonté de la  souveraine  puissance   ,  le sujet  s’  est dépossédé de son  droit et  au  final  n’  agit  que  selon ce qui  lui  est  dicté …tout  en  conservant  sa  liberté de penser , celle-  ci , il n’ a  jamais  été  question  de la remettre  ,  de  s’  en déposséder en faveur  de qui  que  ce soit  ou de quoi  que ce soit …       

C’  est  là que  peut  se révéler  toute  la  cohèrence  de  la  souveraine  puissance …en fait  le  sujet n’  agit  jamais  uniquement sous l’ autorité extérieure …
Ses  prises de positions  expriment  une  activité intérieure…ce qui  dévoile la  part active  du sujet  dans  sa  conduite …

La  souveraine  puissance  ,  consciente  de  cet  aspect essentiel  porte une  attention particulière à  la manière dont  elle régne …

Ce  qu’ elle recherche ,  sans toutefois  en faire  la  finalité  essentielle , c’  est  une  adhésion  par l’  admiration  qu’  elle  peut  susciter  auprès  de  ses  sujets , admiration  accompagnée  d’  une crainte , non  pas en terme  de  peur d’  un  châtiment , plutôt  en terme  de crainte  de  décevoir la  souveraine puissance …
Une volonté  de se montrer à  la  hauteur  en  quelque sorte , une  volonté  qui peut  éventuellement  être assimilée à  un  désir  de faire  plaisir…
Un peu comme des  enfants  qui recherchent à  donner  satisfaction  à  leurs  parents , tout en  sachant que cette action qu’  ils vont  poser  va au-  dela  de l  intèrêt  personnel  des  adultes  responsables de  lui…qu’  il  profitera aussi  des  bénéfices de cette action…

Ainsi ,  paradoxalement ,  la  souveraine  puissance   ,  dans  sa volonté  d’  être  obei,  ne  veut  s’ interesser qu’  aux  actes  qui  expriment  cette obeissance , sachant  que  la liberté  de penser se doit de rester totale pour chaque  sujet …sans  quoi  celui-  ci pourrait ressentir  la souveraine  puissance  comme  une  contrainte  trop inquisitrice à  laquelle il n’  y  aurait nul  désir  de se soumettre   …

Malgré  cette volonté  de  ne s’ attacher  qu’aux actions  des individus ,  qui  réellement confirment une  adhèsion active à  la  souveraine puissance , il  apparait que celle -  ci  garde  un  souci  de s’ approcher  de  manière assez  intime  de chaque  être…

Dans  une intimité , non  pas destinée à  vouloir  maîtriser  quoi  que  ce soit  de sa liberté  de  penser mais  de  susciter ,  par  cette  proximité  respectueuse ,un sentiment   d’  importance …

Révèler  au  sujet le  souci  de son propre sentiment  de respect par le  souci  manifeste  exprimé  par  la  souveraine puissance  envers  tout et pour  tout  sujet  quel  qu’ il  soit …

En  d’  autres  termes ,  tout  sujet éprouvant qu’  un  intèrêt  authentique lui  est  porté  par  la  souveraine puissance  apprendra  à  s’  ouvrir à  cette  authenticité  et  se voudra  garant de  sa présence en  faveur de  tout  sujet  en toute  circonstance …

Et  , c’ est  ainsi que  Dieu  cherche  à  regner  en ce  monde … » DIEU REGNE  EN CE  MONDE  EXCLUSIVEMENT  PAR L ‘ INTERMEDIAIRE  DES AUTORITES POLITIQUES « 

C’  est  un  peu  comme  une  démocratie  qui  à  l’  air  d’  une monarchie  de  droit  divin , c’  est assez  subtil  , exigeant et  sans  doute  profondément Humain …

Un défi  à  relever , un  défi  pour  l’  avenir …un  défi  à  venir…!

Et  , si  l’  on se  penche de  manière  attentive ,  ne peut- on constater que  cette  souveraine  puissance ,  se devrait  avec le  temps  et de  la  persévérance trouver  un  écho  parfaît  en  chaque sujet , dans la  mesure  où  chacun  se trouve  doté  , en  son  coeur ,  de la  Loi  Divine inscrite  par  Dieu…
Finalement ,  la  souveraine  puissance  ne serait  que  la  forme politique de la  Loi Divine .
Chacun  est pourvu  en  son être de Lois  de la  même  nature , pour  peu  qu’  il s’  évertue à  les  chercher  en  lui ,seulement celles-  ci ont  pour caractéristiques  de s’  adapter aux  situations personnelles et individuelles … 

 Ai-  je  oublié des  points  importants  abordés  par l’  auteur  en cet  extrait  de texte ..?

Ai-  je fait  de  manifestes contre-sens …?

Je  ne saurai dire ,  j’  ai  pour  l’  heure , posé l’ essentiel  de ce que  j’  ai  pu  comprendre ..il  me semble …

 

 

 

  

Posté par clairelise dans Non classé | 1 Commentaire »

12-02-2008

Être blessée…

Touchée  dans  mon  âme, dans  mon  coeur , dans  ma  chair…

Comme par une  lame  finement  aïguisée,

Qui  les  a  transpercé…

En  tout  mon  être  ,  cette  atteinte  résonne ,

Et  en  mon  âme  des  larmes  coulent sans bruit ,

Se  répandant en  mon  coeur ,

Sans  atteindre  mes yeux…

Accompagnée  dans  de  nouveaux chemins,

Présence limpide qui  s’  écoule en moi  en  vagues  langoureuses,

Qui me  bercent  de tristesse…

Et ,  aprés   la douleur ,

C’  est d’  un  nouvel éclat que rayonnera  mon  être.

 

Posté par clairelise dans Non classé | 1 Commentaire »

06-02-2008

Un sujet délicat…

L’ autorité  politique , sa légitimité…l’ accord indispensable entre liberté individuelle et cette autorité …

Quelle  est la nature  de l’ autorité  politique …sa  finalité  semble  pouvoir  se  résumer  au maintien  de la  paix civile …Garante de relations  qui  se  veulent préserver l’  intèrêt de  chacun sans nuire  à l’ intérêt  commun…

La  liberté …sa  place  y  est fondamentale…

Selon  B.Spinoza ,un  état  a  plus  à  craindre  de  sujets privés  de liberté   , que d’  ennemis …

Dans quels domaines le  pouvoir  de l’ état se  doit-  il  de  se  poser  avec  précision …ce qui  revient  à  se  demander de quel intérêt  est-  il question , lorsque cette  notion est évoquée …

L’ autorité  politique exige  l’  obeissance  du  sujet , par  quels  moyens va- t- elle  provoquer  cette  obeissance ?

Existe – t- il  des domaines  où l’  autorité politique n’  a  aucune  légitimité …il  semble  simple de  répondre  à  cette  interrogation…l’ autorité politique  traite  des  affaires  publiques …ce  qui  relève  du  domaine  privé n’ y  serait  donc  pas  soumis …

La  distiction entre  sphère  publique  et  privée  est  loin  d’  être aussi  franche …ce  qui reléve  du plus  profond  du  domaine  privé …cela  se  doit  d’  évoluer  avec  une  entière  liberté …

Seulement ,  est-  ce  que l’  Homme  est  en  mesure  d’ être  un  être libre..? 

Dispose t- il  de  sa  liberté  de  penser ?
Supposons  que celle-  ci  soit   efficiente , qu’  advient – il  d’  elle face à  l’  autorité politique …?

Se  présente – il   des  situations  ,où  disposant de  cette faculté , elle  se heurte  à l’ autorité  politique …
Et ,  ainsi dans  une  obligation  de  soumission , l’  individu accomplira son  devoir malgré  tout…

Pour quelles raisons se soumet -il à  cette  autorité…?

Cette  soumission  entraine – t- elle  une aliénation  de  la liberté de  penser…?

Comment décrire  et  mettre  en  mot cette liberté  de penser ,  notion simple  à  ennoncer ,  seulement , en  est-  il  de même en terme  de  pratique…

Comment  se  définit un  individu  disposant de  sa liberté de penser…

L’  on  peut penser  qu’  il  se  sent  libre …l’ est- il …?  

Cette  liberté  est – elle inscrite  en l’  être humain…inscrite  et  préte à  s’ épanouir pour  atteindre  l’  envergure  qui  lui  correspond…?

A- t- elle  besoin d’ un enseignement , se  laisse- t- elle  enseigner …

« Enseigner , ce n’ est  pas  remplir  un  vase , c’ est allumer  un feu… » (  où  j’  ai  lu cela ?)

Et  ,  en cela  , je  crois  profondément …alors  , la  liberté , trouve – t – elle  une  place  en cette  perspective…?

Il me semble fondamental  de  poser  une définition  de  ce  que  peut -être un  homme  libre…

Libre , face  à  des contraintes  extérieures…et de contraintes  internes au  sujet , n’  en  esixte-il  point …ne  seraient  pas  celles – ci  qui  enferment  l’ être à  son  insu  parfois… 

Si je prends en  référence , toujours  le  même  auteur ,  chacun  est  libre  de  se  conduire selon  les  caractérestiques  liées  à  son   » espèce »…et l’ homme  serait  alors  libre  de faire  tout ce qu’ il lui  est  possible  de  désirer…

Liberté  et désir…paradoxe …confrontation …convergence ,au dela  de  divergences  apparentes …?

La  liberté  de  me  conduire  selon  mon  désir  suppose  une connaissance  de  notre désir…

Désir  premier , désir  primaire…intèrêt…

Mon  intèrêt , reste – t-il égoiste  et primaire…

Purement  primaire  et  égoïste…il  peut certainement  être  perçu  ainsi !

J’ ai  un  peu  abordé la question  du désir , et la  réponse que je  me suis  donnée en  partie , est  celle révélée par  certain  philosophes , en  ce  sens  que tout  désir  est désir  de  sa conscience qui se  veut  elle -même…enfin  un peu  comme  ça …

Je  que  je voudrais  ajouter  , pour  ma vision , enfin celle qui  me  correspond , c’  est  que  ce  désir  rejoint l’  Amour …

A  savoir ,  rejoindre  le  créateur …vivre  unit  à  son Amour  ,  en  son  Amour…

Ces  deux  choses  se  rejoignent  – elles , par  quelques chemins que ce soit ?

C’est  un  désir  qui n’  en finit  pas  de  me ressourcer , même si mes failles et  mes  blessures  me fragilisent  et me  laissent  par moments  sans force.

Cette notion  de  désir ainsi  posée , la liberté y  trouve t- elle  son  compte…?

Je  suis  libre  de  continuer à  évoluer dans  ce  désir , il ne m’ oppresse pas , il me  porte …il  allège  mes  difficultés  et  parfois  me  donne  des ailes …

il  me  semble  qu’  un désir de cette  nature est  en  harmonie  avec  une  liberté qui  se  construit jour  après  jour, malgré  les  chutes  et les faux pas  inévitables… 

C’  est  un  désir  libre qui régne  sur mon coeur …en  mon coeur …

Alors  , comment  régne  l’  autorité  politique …elle  n’  a  pas  la  même  finalité  que  la  liberté  individuelle…

Garantir  la paix  de  la  communauté…la  liberté  garantit  la  paix  en  mon  coeur, il me semble …?

Il  peut  éventuellement  exister des rapprochements entre  cette  autorité  politique  indispensable pour  la  survie d’  un état  et  l’  autorité  qui  régne dans  le  coeur et qui est  garante de  Paix…

B. Spinoza  parle de Souveraine Puissance …je crois  que je  n’  ai pas  encore  saisi avec  précision  ce  qu’  il  entend …pour  l’  instant  j’  y  crois  voir  la  toute  puissance  de  Dieu …

Alors , lorsqu’  il  dit que  des  hommes  ont  choisi  de  soumettre  leur  droit  à  la  souveraine  puissance , parle – t- il  forcément  et  systématiquement  de la puissance  de  Dieu…?

Il me  semble  évident  que cette prise de position   est  devenue  nécessaire en  raison  du  besoin  de répères  et  de régles …comme  il  apparait dans ce qu’ il  nous  apprend  de la  constitution de l’  état  Hébreux  …

Ce  que  je  comprends , c’  est  que  ce  peuple , une  fois  libèré avait reçu  comme  enseignement que  la Loi  de  Dieu  est inscrite  dans  le  coeur  de  chaque  être  humain, et que  chacun se  doit  de   l «   interprèter  » à  sa  façon , pourvu qu’ il  respecte  toujours  les  Dogmes  essentiels:

LA CHARITE  , l’  AMOUR  DU  PROCHAIN , l’  AMOUR   DE DIEU…tous  les  comportements  et  les  paroles  aussi  se  doivent d’  être  en accord  avec  cette LOI  Divine.

Le  peuple  hébreu  , demanda plutôt  à  Moise d’  être  leur  guide  , et  n’ ont  pas choisi  d’  écouter  la  voix  de  leur  propre  coeur …

D’  autorité  politique , en fait  il  n’  en était  pas véritablement  question …l’  autorité  divine  , incarnée  par  ceux qui étaient désignés  par  le  peuple  était prédominante …

Quels  étaient  les domaines  soumis  à  cette  autorité …?

Etait fondamental , la  notion  de  proprièté , «   sa  terre » pour  y  vivre , chez soi , et  la  travailler afin  de  produire ce  qui  est  nécessaire  aux  besoins  de  la  famille…

Et ,  vivre  ensemble , les  familles se  cotoyant  en  harmonie  , avec  au  coeur une  volonté  d’  entraide mutuelle , réciproque …un respect  du  Bien  de  chacun…de  la  justice…

Est-ce là une  utopie…une  idéalisation massive , inaccessible …?

Si  des  décisions  se devaient  d’  être  prises , quel  pouvait  être  la  question  qui  ne  soit  pas  en mesure  de connaître  une réponse  personnelle…?

Des  questions  engageant l’ avenir  de l’  état  entier…le choix  de  la  guerre  où  de  la  paix…avec d’  autres  peuples…

Se  protéger  ,  c’  est  nécessaire …pour  le reste …

Et , avec  une  volonté  de  vivre  en  harmonie avec les peuples voisins…la  guerre  menaçait  – elle  tout  de même…?

Concernant  les compromis  et  concessions  au sein  du  peuple  même…quelles  difficultés  pouvaient se  révèler  insolubles aux  seules  personnes  concernées …?

Il  m’  est  difficile de  poser  des éléments  précis …

Ce  qui  a  eu  lieu ,  c’ est  ,  selon B. Spinoza …la  destruction  du  peuple  hébreu à  plus long terme …pourquoi?

Je  vais chercher dans  ses  écrits  , comment il  le  comprend …

Bref ,  tout  cela  est  assez  vague , et  ne  correspond  pas  vraiment  au  sujet  que  je  dois  traiter , seulement , c’ est  certainement  un  passage  obligé  pour  m’  éclaircir  les  idées et  me  permettre  de me  centrer plus  tard  sur  le  sujet qu ‘  il  me  faudra  approfondir …

Encore  un peu  de  lecture  et  de  patience  et  j’  y  viendrai  …dans  peu  de temps…

Il faut  que  j’ avance …Il  me  semble avoir  un  peu  avancé…en ce sens que  ,  finalement, la  loi  divine est  sans doute  inscrite dans le  coeur de chaque  être  et  cela donne la  possibilité  à  tout  un  chacun  de  se  soumettre  en  acte  aux  seuls  dogmes  valides  en  la  religion , à  savoir  la  pratique  de la  justice  et  de la  charité …l’  adoration de  Dieu , en son  coeur (  et  grâce  aux  actes  de  charité  qui sont  les  preuves  de  la  foi  ) 

Tout  autre volonté  de  faire  adhèrer  à  des  croyances , à  des  rituels précis devant  êtres  compris  comme  indispensable  pour   » être sauvé » où  être  en  accord  avec  Dieu , tout  cela  n’  est  qu’  abus  de pouvoir …volonté  d’  alièner  la  liberté  de  penser ,  de  pensées ,dont  tout  être se  doit  de  disposer…

B .Spinoza  explique  , que  les  Hébreux , qui ont  finalement  demandé à  avoir  un  guide  spirituel , ont  , à  ce  que  je  comprends , inversé  la  situation …

Ils  n’  ont  pas voulu  conserver la  liberté  de  penser , mais celle d’ agir  , parce  que  , cette  volonté de  se soumettre à  une  autorité , était  avant  tout  surtout  théorique …

Alors  qu’  en fait  c’  est  une  autorité   politique  qui  eût  été  nécessaire …Moïse  a  su  être  le  garant  de  la  conservation  de l’  état et  ses  successeurs ont  pu  le  maintenir  , seulement ,  dés  qu’ un  monarque  ,  qui  n’  avait plus  au  coeur  la  Loi  Divine  a  pris  le  pouvoir  …ce  fût  le  début  de la  fin …les intèrêts  primaires  et  égoïstes  devenant  prioritaires  avec  ce  que   cela  entraina  comme  conflits  internes  et  externes  à  l’  état.

 

Donc , finalement L’  état  Hebruex  s’  est  maintenu grâce  au  charisme d ‘  hommes qui  , malgré  qu’  ils  n’  avaient  pas  de pouvoir politique à  proprement  parler , ont  su  agir  sur  les  coeurs  des  sujets ,  et  donc  les  amener  à  agir  conformément  à  la  Loi  Divine …

Une  fois  que  les  détenteurs  du  pouvoir  n’  étaient  plus reconnu  en cette  légitimité , et  que  de plus  ils  s’  octrouyaient  des privilèges de monarques …ce  fût la  fin  des temps …

Ce  qui  aurait permis  de  garantir  le  maintien de l’  état  Hébreux …Avoir  un  où  quelques  dirigeants  régnants  en  se  soumettant  à  la  souveraine  puissance  de  Dieu…

Leurs  pouvoirs  s’  étendant  aux  décisions relative  à  la  vie  en communauté , réglant les relations  sociales , le  droit  de propriété..;et  gérant  le  culte  à rendre  à  Dieu…à  savoir  la  nécessité  de  venérer  Dieu  grâce à  des moments  festifs  , ni  trop  rapprochés  ,  ni  trop  éloignée  et  variés ..;afin  que  la  routine  ne  fasse  pas  perdre  le sens  du  plaisir   de  ces  moments  de  fêtes  en l’  honneur  de  Dieu  ,  ne  lui  enlève  pas  son  sens  ,  tout  simplement…

Nul  prophète  n’  était  recquis  à  cette  fin , le  pouvoir  politique  ,  retirant  sa  légitimité  en sa  soumission à  Dieu  pouvait  sans  craindre  quelque  hérésie  que  ce soit  organiser  les  célébrations …c’  est  à  eux  que revenait de  décider  les  pratiques  régulières …sans décider  des  croyances  et  autres  dogmes auxquels  les  êtres  avaient  à se  soumettre ..;les croyances restant  du domaine  privé, le  pouvoir  politique  n’  avait  aucun droit ..;et peu  importe  quelle  croyance  était  sous-  jacente  à  un acte  de  foi , celui  -  ci  tant qu ‘  il  se  conformait aux  commandements  Divin d’  un élan  sincère  du  coeur , où  raisonnablement réfléchit …cela  était  l’ essentiel…

Cette  volonté  d’  amener  kes  individus à  adhrer  à  différentes  croyances n’  étaient  que  des tentatives  pour  contrôler  les  esprits  et  alienenr  le  peuple …or  l’  alienation , et  la  perte de la liberté est  un des  maux  les plus  destructeurs  pour  les  états  ,  dont  la  survie  est vitale  pour  garantir  la  paix …nulle  autorité  n’  était  donc  reconnue  à  quelque  pontife  que  ce soit ..cela  aurait  nuit  à  l’  autorité  de l’  état  , autotité  que  caque  sujet  se doit  de respecter afin d’ en  garantir  la  viabilité …

Le droit  d’  expression se doit  d’  être  pleinement , dans le  respect  et la  discussion  en vue  d ‘  amèliorer certains  aspects  de la vie pratique  se doit  d’  être posible …

Aucun  état  ne sera  exemté  de  difficultés de gestions ,  seulement  ce n’ est pas la  liberté  de penser et  de philosopher  qui  nuira  ..c’ est   la  volonté  d’  orienter  les  esprits  vers  des croyances  identiques  , volonté  de faire  des  êtres  humains non  des  êtres  libres  , mais  des individus  soumis  à  des  modes  de pensées restreignant la  liberté  de  penser  et  de  pensées  et  par  la  même  freinant  l’ accés  à  la  responsabilisation  …

Attitude  intèrieure de  pleine  maturité permettant   des  prises de conscience des conséquences de  chaque choix  , même si  tout  ne peut  être  anticipé…il  se  profile  toutefois  une  intention  au départ  dont la visée  relève  de notre  responsabilité  , même  si  le résultat reste  alèatoire  en  partie   …

Ainsi , B .Spinoza ne  peut – il accorder  de crédit  à des  hommes  qui  se disent  vouloir  révèler  la  parole  de  Dieu ,  sa  volonté ..;et  vouloir convaincre  d’  autres que  leurs  croyances  sont  les seules  légitimes …il  n’  en  a que faire …

Ce  qui  importe  plus  que  tout  …pour  chaque  être  ce sont  les  actes  de  charité   envers  le  prochain  et  la  pratique de la  justice , de l’ adoration de  Dieu selon  ce que décréte et  propose  l’  autorité  politique ….sans que  la  soumission  à  quelque  pratique  de culte  soit  obligée  , elle  reste  libre d’ adhésion …

La seule  pratique  qui  ne reste  pas  libre d’ adhésion  , sans se mettre  hors la  loi  est  la  pratique de la  justice  et  de  la  charité!

Et  ,  c’  est  en cette  pratique que  l’  Homme  est  un être  libre…il devient  libre  de  choisir une  manière d’ être qui  le  conforme  aux  volontés  de  son créateur …lui  procure  un  sentiment  de plénitude  et  de satisfaction d’ avoir  agit  en  accord  avec  la  souveraine puissance …dont  découle  une  sensation  de bonheur  et  de paix  inaliènable …suprême bonheur d’ exister en  ces termes  là…et de  s’  y  adonner  …

 

 

Posté par clairelise dans Non classé | 2 Commentaires »

La Cuisine de Fabienne |
Adresses utiles et animations |
Restauration Vespa Primavera |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | les ribotons
| LEGIO BURGUNDIAE sources
| mbokfrancois