Archives pour janvier 2008

19-01-2008

De cet écrit ..du sacré …

Bien  des  mots  , j’  aimerai  encore  poser…

Des  paroles  si  douces  et  si  ennivrantes  ,  telle  un  nectar  qui  s’  écoule ,

Il  s’  écoule …en  l’  être …en celui  qui  écoute …qui  se  donne à cette   démarche..

Sans  en  rien  attendre ,  et  pourtant  ,  tout devient  si  lumineux…

Si  lumineux,  que  de ce  qui  me  noue  ,  il  n’  en  reste  que  des  traces…

La  vie  , nous guérit – elle , en même  temps  qu’  elle  nous blesse…?

En Hebreu ,  » thérapeute  » , c’ est  prendre  soin ,  guérir , servir ..

Subtil  mélange , harmonieux  mélange …

La  philosophie et la  religion , ne connaissent  – elles  rien de  ce lien …

Une  harmonie entre deux  mondes , si  peu éloignés…

Hegel  a  un   peu  cette vision  » la  philosophie n’ explique  qu’  elle  en expliquant  la religion et  ,  en s’ expliquant , elle explique la  religion… »

Est-  ce  lui  aussi  qui  a  dit  , « la  philosophie est-  elle – même  un service « ..?

Et  ,  de son lien  avec  la  psychanalyse…

Celui ,  qui porte  une attention  à  l’  inconscient , qui  est  à l’  oeuvre  dans nos  choix  et  nos  positionnement …

Cet  inconscient où  siégent  des  «   archétypes »  , images  structurantes …selon  Jung …selon  sa   compréhension , les  textes  sacrés , sont là  pour  alimenter ,de manière  constructive  notre  vie  ..ces textes ,  leur contenu serait  davantage  destiné  à  l’  inconscient … 

Et  que  dire  du profane et  du sacré ..une  limite , un  champ  précis ..une supériorité  de l’  un  sur l’  autre  …? et de quelle nature ,  alors…?

J’  en  reviendrai alors  au  mysticisme, dans  le judaisme , plus  particulièrement le  hassidisme  polonais …sans  vouloir  tout  connaître  de  ce  mouvement  spirituel  , ni  adhèrer  à  toute exigence inhérente…

Seulement ,  là  où  cela  me  parle  profondément …c’ est  là, dans leur  vision du  quotidien …
Mircéa  Eliade nous dit  que  » les  hassidim  reconnaissent  le  présence  de Dieu  dans  les  plus humbles activités   de  leurs  corps  et  pratiquent l’ « adoration  physique « ,c’  est à  dire  la louange de Dieu  non  pas  seulement dans  la prière  où  les  céremonies  « sacrées « , mais  au  milieu des  activités les plus  profanes … c’  est  l’  intention  qui  compte…  »

Et  ,  j’  en reviens  à  la  philosophie  ,  qui  est  regard précieux  sur  la vie  et nos  actes  et  mise  en actes  de  nos  paroles …à  mon  sens …

Je  ne  vois  pas  d ‘  antagonisme  entre  les  différentes  approches ,  chacune  apporte  sa  contribution , chacune  voit  un  peu  mieux certaines  choses  ,  la vue d’ ensemble  n’  est  pas  le  privilège d’  un  domaine …

Elle  est  le  parfait  mélange , dans une  humilité  accueillante   de  chaque  point  de  vue  ,  qui  donne  à  voir  ce  qui  apparait  pour  lui  , sans  prétendre  contenir l’  essentiel …sans croire  qu’  il   rencontre  à  lui  seul l’ absolu…

Alors  ce  qui est sacré…reste  libre …

Paradoxe , de cette  liberté  qui  est  soumission  à  l’  Amour …

Paradoxe  de  la vie…cette  vie qui met le  silence  au  coeur  de  son mouvement …

Qui  fait  des  mots  , un  univers  profane ..et  pourtant …

Cette  vie  qui  accorde tant  de  portée  aux  mots …  »  les  mots  sont  nos  vies …les  mots  d’  Amour  , un  Temple  » (  Mylene  farmer le chante avec  Seal)

 

Posté par clairelise dans Non classé | Pas encore de commentaires »

13-01-2008

De ces messages …retour aux sources…

Retour à  ce  qui  me ressource…

Je cherche ,  me laisse guider  …

Ce  qui  me guide ,  de  manière significative…

Le sens de  ces  signes qui  me  mènent  …symbol  au coeur  de  ma  vie,

Symbolisme vivant , langage  harmonieux  s’  accordant  à  mon  être…

Appercevoir ,  et le savoir …

L’  appercevoir …ce  qui  existe ,  en chacun…

S’ en émouvoir …émotions qui se rencontrent,

Se rencontrent  et se partagent …

Partage  essentiel ,  révélation  de  cette  véritable  existence…

L’  essentiel,  est  déjà  là…

Présence ,  au symbolisme  éclairant …

D’ écrits  contenant force  de sens…

Par  ce  qui  fait  symbol  …par  dela  le sens  premier …

Se laisser  envahir , pénétrer ,  emplir  ,  sans en demander davantage …

Recevoir  …ce savoir  profond …il  se  répand …

Il  s écoule  en celui qui  écoute …

Atmosphère légère  de  ces instants …

L’  écoute devient  si  profonde …

J’  en devients  ces mots…je  vis  grâce  aux  mots  qui  résonnent ,

Ils  sonnent comme  une douce harmonie ,

Harmonisation de  mon être  …être  nourrie  de  paroles  de  Grâce…

En revenir  à  Soi ,  demeurer  des instants inoubliables  en  Soi…

En  s’  oubliant  soi- même…

Et revenir   …pour  advenir à  ce  monde…et , être  attentif  au  monde  des autres   …       

Posté par clairelise dans Non classé | Pas encore de commentaires »

11-01-2008

S’ émouvoir …en ce sens …

Comment  le  dire…?

Comment  se dire …?

Sans  artifice ,  sans  apparence …

Et ,  pourtant  apparaître telle que  je  suis ,

Je  comprends  si  peu  ce monde …

Je  comprends  tant  de souffrance en ce monde,

Paradoxe de  la  vie  , que  la  vie  me soumet …

Ce  qui est  , ce qui se donne  , en ce qui  se rèvèle …

De  ma vie  ,que reste – t -il..?

Ce qui me  déchire ,  qui  fait  banalité …comme  si , je  n’  étais point …

Comme, ce  qui émanait  de certaine rencontre,

N’  était  du  , n’  était  advenu  que  par  ma fragilité ..

Fragilité  de la  relation , qui  se perd tant elle  ne  cherche pas l’ essentiel de ce  qui la réalise …

Si  isolée  de  tout  , en plein coeur  du  monde…

Quel  est le monde qui est  celui  auquel  j’  appartiens  …?

Le  monde  où je  me retrouve  ,  en tant qu’  être  Humain , aussi imparfaîte  que je  sois …?

Je  ne  me reconnais  ni  là , ni  ailleurs …

Ne suis-  je   qu ‘illusion , incapable de relever le défi la réalité  …

La  réalité ,  comment  se manifeste – t- elle..?

Il y  a  ce que  je  cherche à  être  et  le  monde qui se  pose  et me  fait  face …

Faire face , suis – je en mesure de ce qui  se présente..?

Si  loin  de  tout , je me sens …

Alors , la  vie  , ma  vie  …où  es  – tu..?

 

 

 

Posté par clairelise dans Non classé | 1 Commentaire »

11-01-2008

Déroute…doute …et confiance…

C’ est avec curiosité que j’ expèrimente ces moments …

Instants délicats , renouvellement et restructuration…

Comme un réajustement bénéfique …

Bénéfice de ces secousses qui éveillent et révèlent…

Révélation de failles nécessaires …

Nécessaires au passage du souffle de vie …

Révélation de lieux obscurs , avec leurs tendances …

Tendances recherchant à entrer en métamorphose…

Ce qui se transforme , peut partir de l’ obscur pour devenir lumière ,

Lumiére vivante de cette volonté d’ être encore et toujours , envers et contre tout Humaine …

 

 

 

Posté par clairelise dans Non classé | Pas encore de commentaires »

10-01-2008

Déroute de l’ instant…

Vaguement , sans crainte pourtant , je laissais le jeu se dérouler…

Ce qui se déroule , englobe bien plus que mon agir ,

Il y va de ce qui se voit , visible et invisble entremélés ,

Ce qui est bien au – dela de ma vision , subjectivité de cet autre qui reste un mystére…

Volonté raisonnable de cet environnement où tout est et se veut sens premier,

Au sens premier , se donne parfois un mirage ,

Ombre de mon incomplètude , insatisfaction latente ,

Que masque une suffisance aveuglée …

Je ne suis qu’ un être humain , coupable ..

De quoi…?

Suis- je coupable d’ avoir laissé une marge de liberté , prise de risque inhèrente à la vie…

Suis- je coupable de ne pas savoir adopter par moments une attitude imposante …?

Suis- je coupable de ne pas avoir été entendue , dans cette demande de lien …?

Suis – je coupable de m’ être résignée à accepter cette indifférence…où , la part d’ autrui en tant que professionnel du social a toute sa valeur…

Dans un autre domaine , suis- je coupable de t’ Aimer …?

D’ oser penser t’ Aimer …

D’ oser me donner le droit de croire que je peux Aimer …?

Je suis en souci …en souci de ce qui se noue …

De ce qui noue un être , et le propulse en des attitudes difficiles …

Je me sens impuissante …

Est -ce cela , être coupable …?

Et , pourtant , toute situation est porteuse …

Porte en elle un espoir et un possible ,

Est – il possible que s’ avance un mieux -être …?

Un  mieux  -être  pour  cet  autre  en  souffrance…

 

,

 

 

Posté par clairelise dans Non classé | Pas encore de commentaires »

05-01-2008

Ces écrits qui se suivent et m’ enchantent …

Je fais , selon ce qui m’ est demandé des recherches…

Je suis amenée à écrire au sujet de différents thémes …

La loi , je viens de complèter cet écrit grâce au théme suivant qui traite du sacré …

Et qui m’ oblige à m ‘immerger dans R Girard …La violence et le sacré …

Etonnament authentique à mes yeux , ce processus à l’ oeuvre qui questionne cependant profondément et me renvoie au coeur du péché originel…

Ne tiendrait- t -il pas plus de l’ esprit de vengance …que de tout autre matérialité qui , elle , est profondément humaine , voire sacrée…à suivre…pour le sujet du religieux et du sacré…un délice qui m’ attend …je crois …

Entre le sacré et le profane …un vide…? rien ne peut exister de ce qui se comprend en ces deux domaines…?

Comment alors définirait-on ce qui n’ a pas de caractére sacré …?

Ce qui est commun …banal , voire sans importance …

Ce qui reléve du profane , quels en sont les critéres ..?Où se situe la limite …est -elle franche et nette et clairement définie , ne se préte à aucune confusion , ni discussion ..?

Qu’ est ce qui donne ce caractére sacré et quelle est la nature de ce qui est sacré…est- ce de l’ ordre du vivant , du matériel ,de l’ immatériel…?

Existe – t il un lien entre les valeurs ,celles qui sont reconnues dans la déclaration des droits de l’ Homme et ce qui relève du sacré..?

Cette déclaration fait suite à des évènements sanglants , évènements se donnant pour justification l’ injustice inhèrente au pouvoir en place …

Des évènements extrémement violents où se dévoilait un relachement , une perte de contrôle des actes , ceux -ci faisant écho une violence interne au sujet , dont la cause se situerait en dehors du sujet …

Ce qui était sacré , le pouvoir royal avait perdu sa légitimité …il ne remplissait plus ses fonctions …Il ne lui était ainsi plus reconnu de légitimité …

Abus de pouvoir qui a entraîné sa chute ,ou remise en question d’ un pouvoir dont la légitimité ne prenait plus racine au coeur des valeurs essentielles qui devenaient primordiales à ce moment là de l’ histoire…

Les valeurs essentielles , sont – elles sacrées..?

Qui va imposer la notion de sacré …? fait- elle spontanément l’ objet d’ un accord commun , ou a- t- il fallu qu’ elle soit imposée par un groupe dominant d’ individus …dominant avec quelle légitimité…et se sentant investi du devoir d’ imposer leur vision du sacré …

La nature de ce qui est sacré , voire la notion en elle- même , ne peut – elle , ne se doit- elle pas , pour être pleine et en accord avec son essence , être vécue de l’ intèrieur …et non pas imposée comme une vérité extèrieure à l’ être…?

 

 

Le caractére sacré du feu…

Il a bien été de cet ordre là…il est « tombé » du ciel …ce serait grâce à la foudre , s’ abattant sur l’ arbre , que le feu aurait pu être révélé aux hommes…

Il est devenu précieux de par tout ce qu’ il a apporté comme bienfait ,au dela de son caractére potentiellement dangereux.

Bienfait en terme de chaleur , de nourriture , de création d’ outils et d’ armes en vue de la chasse…

Il a apporté protection et confort inéstimable …voire indispensable …

Il est devenu précieux du fait de l’ incapacité originaire des hommes de créer ce feu tant important dans la vie en ces temps là…

Des sanctions étaient appliquées à ceux qui étaient chargés de veiller au maintien de ce feu , et qui pour quelque raison que ce soit ne remplissait pas ce devoir…

 

Certes , la sanction ne rallumait pas le feu , seulement elle éveillait en amont une vigilance tenue comme indispensable à l’ accomplissement de ce devoir , dont il est possible de dire qu’ il détenait une valeur sacrée , étant relié au caractére sacré du feu…

Ainsi , ce feu sacré , l’ est devenu dans la mesure , qu’ une fois ses bénéfices expérimentés par les hommes , ceux – ci n’ étaient plus en mesure d’ envisager de vivre sans …

Indispensable présence , précieuse présence …unanimement reconnue et désirée…

Au cours de l’ histoire , le feu a même été considèré comme une divinté…

Plusieurs peuples …le feu inextinguible des Grecs, le culte du feu entretenu par les prêtresses de Vesta à Rome …

C’ est en Perse que le feu était considèré comme la partie fondamentale de leur religion…et le culte du soleil était combiné avec celui du feu…Ce peuple regardait tous les matins le soleil levant ( symbol du feu le plus pur )et le saluait…
Le soleil était tenu pour être le protecteur des états …

Les anciennes fêtes solaires que chantait Ovide sont en lien avec les actuels feu de la Saint – Jean …

 

Le feu avait une valeur de purification , il était aussi admis que les sacrifices par le feu appartenaient à plusieurs cultes…

 

Ainsi , le caractére sacré a été reconnu à un phénomène matérialisable , à la porté de l’ Homme …

A sa portée , non à sa disposition totale …De plus , le lien avec le soleil révèle que ce qui est de l’ ordre du sacré est par nature bien supèrieur à l’ homme , qui n’ a pas de pouvoir sur le sacré …

Cette supèriorité est en elle – même inexistante dans la mesure où le soleil est d’ une autre nature que celle de l’ Homme …Il serait davantage question donc de différence de nature …

Différence de nature qui n’ enlève rien à l’ attitude  » sacrée  » de l’ homme , celle qui permettait de continuer à bénéficier de la présence du feu…

Cette attitude qui l’ amenait à réaliser combien ce don était précieux , combien il était démuni sans cette présence …d’ où découle un sentiment de reconnaissance et de profonde gratitude …

Ce feu est devenu habituel , il appartient au décors …sa présence se fait remarquer lorsqu’ il est devenu dangeureux et que l’ homme n’ a pas réussi à en maîtriser l’ usage …

Par moments , de temps en temps , en certains lieux et pour certaines circonstances …le feu réapparait quelque peu sous sa forme sacrée …parfois , il ne s’ agit que d’ une formalité , parfois des vestiges de son caractére sacré sont pleinement présents…

Le feu a glissé dans le monde du profane …

Et , la question est alors d ‘ actualité …par quoi a été remplacé le feu …qu’ est ce qui est devenu sacré à la place du feu sacré …?

Dieu…un Dieu , des dieux …?

Pour Nietzsche, Dieu est mort…

Plus rien de sacré n’ a alors d’ existence…il n’ est pas entendable de ne s’ arrêter qu’ à la pensée de ce philosophe …

Je vais tout de même m’ y attarder …

Nietzsche a écrit:

« Je veux te connaître Inconnu ,

Toi qui pénètres au fond de mon Âme,

Toi qui traverse ma vie comme une tempête,

Toi , l’ insaisissable , mon Proche ,

Je veux Te connaître , Te servir  »

En ce sens , Il n’ est pas envisageable d’ affirmer que Nietzsche renie l’ existence de Dieu…

Ces propos révèlent davantage sa quète d’ un Dieu qui se fasse connaître en son être , relèvent son profond désir d’ être un acteur authentique au service de ce Dieu …

C’ est en quelque sorte un feu sacré dont est en quète ce philosophe ? peut – on l’ entendre en ces termes là…?

A nous , que nous reste – t il de ce qui a un caractére sacré ..?

Ni les éléments naturels et matériels que sont le feu et le soleil …ni même Dieu , n’ont plus de caractére sacré de nos jours , aurait – on tendance à constater…

Quelle est donc la fonction du sacré …?

Il était possible de penser qu’ il était question de développer une disposition intèrieure à l’ homme , disposition qui l’ engage à se montrer reconnaissant , capable d’ apprécier des dons de la nature tout en veillant à leur pérénité…

Disposition commune , communément admise qui amenait les Hommes à vivre ensemble avec un même état d’ esprit , où l’ intèrêt commun s’ accordait de manière harmonieuse à l’ interêt du sujet …celui – ci adhérant en toute liberté à la volonté commune …

Ce qui est sacré , serait de nature à ordonner les relations entre les hommes …

Ce qui ordonne la vie en société de notre temps …de quoi s agit – il …

Des Lois …?

Les lois interdisent , prévoient des sanctions et , peuvent être tenues , et de manière vérifiable , comme relevant parfois d’ une injustice avérée …

La notion de sacré …où peut – elle bien se cacher…?

Où se trouve le consensus qui amenera l’ unanimité du caractére sacré d’ un phènomène , d’ un élément de quelque nature qu’ il soit …?

 

Le Feu , le Soleil , Dieu …

Entre temps , il y a eu le sacre des rois , dont la personne prennait alors un caractére quasi divin…Cette vérité , acceptée en une période de l’ histoire se voit , sans doute à juste raison , être tenue comme une erreur de nature …La monarchie de droit divin ne peut se justifier , n’ a plus de raison d’ être ..;ses méfaits se sont avèrés de manière évidente…

D’ où , il peut être envisagé , que ce qui se veut relever du sacré peut tenter de prouver et faire valoir son caractére sacré …

Seulement , par nature , par essence , si le caractére sacré se révèle absent , il y aura anihilation ( ?, j’ invente des mots ?) de ce qui a prétendu avoir un caractére sacré…comme une auto- destruction engendrée de l’ intèrieur , un processus naturel et non pas la conséquence de quelque cause extérieure que ce soit …

Si tel est le cas , ce qui relève du sacré détient un caractére unique et authentique inaliénable …

Il se pose alors la question de la nature du sacré …?

Fonction et nature du sacré …

Par quel entrée aborder ces questions …?

En venir à la religion …quelle religion …que peut donc être une religion , face à la multitude de cultes…quel est le point commun à toute religion …et en quoi différent – elles tant …dans le fond , diffèrent – elles tant que cela ….

Il ne va pas être possible de faire un examen précis et minutieux de toutes les religions , il sera question de soulever certains aspects essentiels à partir desquels certaines questions pourront être un fil conducteur précieux et significatif …mais cela je le reserve à un autre jour …

Evidement , il y  aura  lieu  de  faire  un détour  par  la  notion  de  sainteté…
Et  ,  je  serai amenée à  me  plonger  dans  ce  philosophe au  caractére  passionnant  qu  ‘  est  Nietzsche  et  dont  la  lecture  de certains  de  ses  propos , je  l’  avoue  a  été  un  pur  moment  de bonheur , je  dirai  presque  divin …

La  science occupe une  place prédominante en ce siécle , a – t-  elle  , elle  aussi un caractére qui  peut  être  assimilé  à  quelque  chose  de  sacré …?

Et  ,  tout naturellement , vient  se poser le  lien  entre  art  et  sacré …la  poésie , des mots  ,bien  plus  …des  sens  qui  ennivrent  nos  sens de  sensations d’  une  profondeur…intensité  sublime de  ce qui  s’ éveille …au  dela  de  toute  compréhension rationnelle   …( à  suivre )

Seul  le  religieux  est  sacré…?

S’  il  l’  est  ,  alors  recherchons  ce qui  lui  donne  son caractére sacré…

Le  religieux  ,  est  alors  sacré  par  essence , tout  ce  qui  est sacré  est  du  domaine  religieux…?

La  religion , semble  s’  opposer  à  la  raison …la  rationnalité  qui  veut  des  preuves  concrétes , matérielles ,  qui  a  une  logique  bien  démontrable …

D’  où  vient la  religion…?

L’  Homme  ,  dans  l’  incapacité  à  expliquer  certains phénomenes  naturels  , à  une époque  trés  ancienne  ,  aurait  attribué  leur  cause  à  la  vonolonté  d’  un  être d’  une  nature  diffèrente ,  supèrieure de  par  sa  puissance  créatrice…un  Dieu ,  des  Dieux …

Chaque peuple ,  selon  les  coutumes  et  croyance  a  élaboré  sa  théorie ,  il  se  trouvait  que  la nature  et  la  divinté  étaient  associès…Le  culte  pratiqué tendait  autant à  remercier  la  divinité   des dons  reçus ,  accordés,  qu  à demander la  pérénisation  de  ce  qui  était accordé …

La demande  envers  la  divinité  était que  l’  avenir  puisse  être  à  la  mesure  des  espèrances…  Il  y  avait  en  quelque  sorte  aussi  association entre  le  divin  et  la  divination , non pas  telle  qu’  elle  se  donne  en  notre temps …

C’  était ,  une  volonté  de l’  être ,  dépendant  de la  nature , dont  les caprices  pouvaient  mettre  sa  survie  en danger…

Le  culte  à  la  divinité  tentait de rassurer l’  Homme  ,  de lui  permettre de  se poser  avec une  confiance suffisante  en l’  avenir quant  à  la satisfaction de  ses  besoins  essentiels..

Ainsi  ,  le  caractère  sacré  de  la  religion  peut  se  comprendre comme ,  un  peu  à  l’  image du  culte  voué  au  feu…

La  religion  ,  tout  comme  le feu , des  éléments  indispensables  qui  apportaient à  l’  être  ,  qui  étaient  censés  apporter à  l’ Homme  ,  non  seulement  un  bien – être  essentiel , et  même une certaine  garantie  de  sa  survie …

Nous  n’  en sommes  plus  à  l’  heure  de  la difficile  maîtrise  du  feu (  quoi  que …?) , ni  de  la  dépendance alimentaire , bien  que  malheureusement dans  certaines régions  du  monde il  en  soit  bien  autrement  et  que  bien des  personnes  meurent  encore  de  faim…Et  cela  reste  un  problème  crucial ,  un  sacré  problème ..Et,  il  aurait lieu  de  tenter  au  mieux  , encore  mieux  de  subvenir  aux  besoisn  essentiels  de  tout  être  humain    en  ce  monde….!

L’  existence  de  la  religion , sa  traversée  des  siècles ..à  quoi  peut  – on  lui  attribuer  la  cause …?

Est-  ce  à relier  à  cette  volonté  de croire  en  une  dimension  différent  de celle  de la  matérialité  première  et  de voir  en  cette  vie  sur  terre  un passage  ,  passage  qui  donne  accés  à  une  autre  vie  dont  la  nature  est  difficile  à  prouver  ,  mais  qui reste  une  certitude  pour  un  nombre  inestimable  de personnes …

La  religion  se manifeste  ,  donne  à  voir son  existence par  la  pratique  d’ un culte ,  des  rituels  bien  précis  selon  la  dénomination …

Cette  pratique a  pour  finalité , de  permettre d’ augmenter sa  croyance en  l’ exitence  d’ une autre  dimension …  Certains peuples  anciens ,  ou d’  autres  actuels  qui vivent   plus  au  rythme  de la  nature   ne  connaissent  apparemment  pas  cette  difficulté  à  croire  en une  vie  au - dela  de  ce  monde  matériel…(  faut  que  j’  aille  chercher  les  enfants , je  continuerai  tout à  l’  heure , j’  espère  …

Pour  ces  peuples  là , nulle  remise  en  question d’  un  principe  reconnu  et  transmis de  générations  en générations …A  savoir  la  survie de l’  âme au  dela  de  celle  du  corps  …

Tradition   perpétuée ,  transmission  orale  d’  une  croyance qui  soutenait  le  fonctionnement  de  la  communauté  et  donnait  sens  aux activités  et  aux  événements …

Lien    sacré  entretenu  avec  les ancétres,  faut -il  voir  là  ,  peut -on  voir  là  un  peu  une  similitude  entre  la  vénération  des  saints  dans  certaines  religions …de saints  qui  ont  été  nos  ancétres  et  dont  le  parcours  de vie  peut  être tenu d’  exemplaire …

Et  ,  donc ,  ce  parcours  de vie  peut  devenir éclairant  quant  à  notre  manière  de vouloir  cheminer…c’  est un  peu  comme  « garder  vivante  la  braise des anciens , et  entretenir  ainsi  le  feu  sacré « (  qui a  donc écrit  ça  …?va  faloir  que  je retrouve  )

Ce  qui  est  commun  à  un  certain  nombre  de religion , c’  est la  reconnaissance  d’  écrits  sacrés…parole   divine  transmise  à  des  élus  qui  ont  la charge  de  révéler  le  contenu  de  ces  saintes  écritures  au  commun  des mortels …  

Sacrés< sont reconnues  ces  écritures  pour les   » adeptes  » se  reconnaissant  appartenir  à  tel  ou  tel  groupement religieux …

La  raison n’  a  son mot  à  dire , l’  ignorance  a t’ elle  alors  à  voir  en  ce  domaine …?

«  Heureux  les  simples d’  esprits » …Ou  la  « docte  ignorance  » de  Nicolas  de  Cues  …?

Nous  y  reviendrons  ultérieurement …

Ce  qui  s’  apparente  aussi  au religieux  est  la  volonté  de  rassemblement …se  rassembler  et  partager des instants  d’  écoute  ,  de  méditation , de  chants …et  de  rituels  significatifs…indispensable   au  «   salut   «   de l’  Âme …

Est-  ce  là  que  se  trouve  le  sacré  par  excellence …dans  le  salut  de l’  âme …?

C’   est  là  le  désir  de  l’  être ,  s’  assurer ,  obtenir  autant  que faire  se  peut une  garantie  que  , une fois  la  mort  arrivée  ,  il  lui  soit  possible  d’  accéder  au  paradis …

Ce  serait  la  crainte  de châtiment  divin , cette crainte  qui  serait  -sous  jacente  au  domaine  du  sacré…?

Peut  -  on  au  contraire  opposer  à  ce raisonnement ,  qu’ il  n’  est  pas  question  de  crainte  …il  serait  davantage  question  d’  un  cheminement personnel …une  conversion  intèrieure en  vue  d’  accordre  son  être au  divin…
D’  harmoniser  les  actes  aux  regards  des  valeurs essentielles  attribuées  au  divin  et  constitutive  d’  une religion …Valeurs  qui  de  par  leur essence seraient sacrées…

La  religion ,  étymologie …relier   et  relire …

Relier  les  Hommes  entre eux …relire  son  attitude …jugement  que  l’  on  porte  sur  ses actes   en  vue  de  soupeser ce  qui  est  juste …le  différencier  de ce  qui   peut  être  à  amèliorer…

Relire les  textes  sacrés , y  découvrir  au  dela  du  sens  premier , ce  qui  fait  sens  pour  chacun …de  par  sa  personne  ,  de  par  son  parcours  de  vie  , son histoire ,  son  vécu  ,  son  potentiel …

En  ces  termes  là , la  religion revêt  un caractére sacré qui  lui  est  conféré par  cette  vocation  à  amener l’  individu à  entrer  dans  un  monde  qui  prend  pleinement , profondément  sens pour  son  être…

Donner  un  sens  à  sa  vie  tient  de l’ essentiel  pour  l’  être humain…

Ce  qui relève aussi  d’  un caractére primordial,  c’  est tout  simplement la  vie …Ce  qui   l’assure  et  peut  la  maintenir …La  vie n’  a  pas  de  prix ,  elle a  un  caractére  sacré …est -il  possible  de  s’  opposer  à  cette  affirmation…?L

La  contribution   de  la  médecine ,  qui  relève  du  domaine  scientifique , au  maintien   de  la  vie  ,  à  sa  possible  prolongation  grâce  aux  soins médiacaux …Peut  aussi  donner  à  penser  que  le  domaine  de  la  médecine  relève  du  sacré…

De quelle  médecine  est -il  question..?Aborder  la  médecine  sous  l’  angle des  «   thérapeutes  »  de  Philon, et  comparer  cette  vision  du  soin   à  certaines pratiques actuelles  permettra  de  voir  en  quoi  la  médecine  peut  effectivement   avoir  une  valuer  sacrée…

Mais cela  sera pour  un  autre  jour …le devoir  m’  appelle…

Le principe  de base  de la  médecine  est   la  guérison  des  corps  malades…L’  étude du  fonctionnement  de  cette  machine  biologique  est  la  voie  privilègiée ,  elle permettra d ‘en comprendre  le  mécanisme  précis , de  détecter les dysfonctionnements , et  de  trouver  un  remède adapté dont  la  finalité  est le  retour  à  un  fonctionnement  harmonieux  …

Nul  doute  que  les  avancées scientifiques  de  la médecine sont  essentielles et  apportent  un  bénéfice  inestimable  à  l’  Humanité…

La  question  qui  se  pose ,  qui  apparait  au  coeur de ce  domaine scientifique …c’  est de  savoir  si  l’  être  humain , aprés  avoir  vu  sous  l’  angle  de  la mécanique  biologique  reste  au  regard  du  thérapeute un  être  humain dans  toute  sa  globalité…

Là , je  souhaite  m’ approcher  des  » thérapeutes d’  Alexandrie « , qui  ont  vécu  à  la même  période  que  le  Christ, dont  Philon  explique  leur  approche  de  l’  être.
Pour  les  » thérapeutes  » ,  le  patient  ,  n’  est  pas  vu  sous  cet  angle  là,  , il  est  un  hôte  …un hôte à  qui  se  doit  d’  être  accordé une  grande  attention , un respect bienveillant …

Leur approche essentielle était l’ écoute , une  écoute  profondément  attentive  et  neutre …un  accueil  sans crainte de la  souffrance de cette personne ,  dans cet  état  d’  esprit  et  cette  disposition intèrieure il  émanait un  calme  appaisant qui  pouvait avoir  comme un  effet  bénéfique  …La  personne était  légèrement  allègée  de  sa  souffrance …
La  maladie  renvoie à  l’ oubli de  la  respiration de l’  être…le  souffle  de vie …

 Même  si  des causes biologiques  confirment  un  dysfonctionnement , peuvent  l’  expliquer , ces  raisons  là  ne  permettrons pas  de  connaître  avec certitude la  cause première  …pourquoi cet  être  là  souffre  de  cette  maladie  là…

Ainsi , ce  qui  apparaît  , ce n’  est  non  pas  que  la  médecine  est  éloigné  de  tout  caractére sacré…il  se  pourrait même  que  ce soit  une rencontre  «   sacrée »…Une rencontre  dans  un  souci  réel  et profond  de  l’  être …
Avec  au  coeur cette  compassion  si  chére  à Nietszche…cette  ccompassion  qui  à  ses yeux  peut  se  révélée  sacrée…

Des  propos  qui  font  profondément écho à  la  perception  du  Christ  par    « les  pères de l’  église »,  ils  voyaient en  lui le  «   grand  médecin  de  nos  âmes  et  de  nos  corps »
Pour  Philon,  la  Thora  serait   «   une  ordonnance  médicale ayant  pour  fonction  de nous  guèrir de  nos  maux  personnels  et sociaux ».

Cette  notion  d’  écoute  ,  qui  est  bien  plus  qu’  une  notion  ,  qui  est  une  disposition  intèrieure favorisant  une rencontre peut - elle , être  qualifièe  de sacrée…?

Elle  le  serait  au regard  de  la pratique  des  «   thérapeutes » , elle  intervient  ailleurs  …Elle se  pose  comme  essentielle ,  essentielle est  l’  écoute  de  la  parole  de  Dieu …celle  qui  est  délivrée  par  les  écrits  saints …

La  lecture  de  la  bible ,  de  quelle  lecture  est -il  question…? 

Lire les  évangiles ,  y chercher  forcément  un  sens  accessible  à  notre raison …?

Ou, laisser  un espace  de liberté d’  interpretation …ne  pas  vouloir  en  donner  une  seule  signification  …comme  le  dit  P  Ricoeur : »  l’  enigme  ne  bloque  pas  l’  intelligence, mais  la  provoque..il  y  a quelque  chose  à  désenvelopper ,  à  désimpliquer   dans le  symbole: c ‘  est  précisément le  double sens  … »

Il  y  aurait là  ,  comme un  message qui  entre  en résonnance  avec  notre  inconscient et qui  oeuvre comme  il  se  doit  selon  chaque  être…lui  apportant  la  nourriture  spirituelle  qui  peut  l’  accompagner  dans  son  cheminement …à  condition  de  se  mettre  en  situation d’  écoute …

Cette  disposition intérieure , relevant du  sacré  chez les  «   thérapeutes »  et  qui ressemble  à  ce  que  N.  De Cues  nommait  »  la  docte  ignorance  » …une  attitude apparenté  au  mystique…permettant  un  accés  aux  mystéres …

C’  est  semblable  à  un  étonnement ,  un  émerveillement …émerveillement  devant  la  source  de la  vie …contemplation  silencieuse du  Divin où  s’  origine  toute  vie …
 

La raison n’  y  est  pas  totalement  étrangère  ,  il  est  seulement des lieux  qui  lui  sont  inaccessibles …selon N  De  Cues  ,  » la  raison  ne  peut  se représenter sa  source « …

Et  , que dire  de  l’  art  poètique , que la  raison accompagne    en  lui  permettant de relier  une certaine  signification   aux  sonorités  qui  parfois , de  par l’  echo  de  toute  beauté  qu’elles   suscitent …?

Cet  élan  créateur ,  d’ où  émane -  t-  il , est -  il à  relier  à  ce silence ,  contemplation  silencieuse  qui  laisse  entendre ses  significations  sublimes , celles  qui  nous  parlent  au  – dela  des mots…

La  poésie ,comme  celle  crée par  j-C Renard  ,  dont  il  a  été relevé  un  goût pour  « les mystéres  sacrés »…une  poésie  reconnue  comme  vivante ,  comme  expérience spirituelle …L’  art  d’ écrire  ,  l’  acte  poétique  défie  la  raison …

Il  pourrait  alors  être une  voie d’  accés  au  religieux …cet  élan  puise au  plus  profond de l’  être …A  découvrir:

«   Sans  toi , ô  femme ,  sans  ton  Amour ,

Sans  le verger  où  tu  me  tins à  l’  abri  des  vents  et  des neiges,

Pour qu’  y  puisse  murir mon  âme,comme   l’  or frais d’  un  matin

Pur  de  morts  et  de sacrifices..

Femme  a  la chair  de  laurier  rose ,merveille  offerte  en  sacerdoce

Et  armée de  métamorphoses comme  les  arcanes  des  noces,

Sans  tes  iles , sans  ton été , sans les  eaux  saintes de  tes  puits,

Je  n’  aurais  jamais  existé ,  ni  su faire  croître  mes  plantes ,

Ni  s’  ouvrir ,Ô  femme  ,  mes  fruits , comme  une  parole  vivante… »J-C .Renard

Magnifique …A  savourer  ,  à  méditer …en  silence  en  son  être …

Pour  les  Grecs ,  il  était   reconnu  que  la  poésie  rapprochait   les  hommes de  la  divinité …le  reliait à  la  dimension  divine …  

La  question  du  lien ,  apparaissant  dans  les  domaines  abordés  précédemment peut  se  concevoir  en  terme d’  élément  sacré…

Sacré  ,  de  par l’  attention  qui  peut  s’  y  révéler , de  par  l’  écoute particulière qui  donne  au lien  sa  nature profonde  et authentique  ,  voire  «   thérapeutique » …

Sacré est aussi  reconnu  le  silence ,le  silence  de la  méditation , celui  qui  nous  ramène  au  coeur  de nous - même,  au  plus  profond  de notre  être ,là où  il  prend  sa  source …

Est-  il  seulement  possible  de  définir  un  domaine  relevant  du sacré ,  peut – on enfermer  le sacré  dans  quelque domaine  que ce  soit …?

Il  apparait  simplement que  ce  qui  relève  d’ un caractére sacré , renvoie  au  vivant …au  respect  du  vivant ,  à  une  disposition  intérieure de  l’  être …à ce qui   provoque  un  acte  créateur …comme  pour  artiste …l’  acte  de  créer  est  «   sacré »…

Ce  qui  apparait  , c’  est  que  nous  sommes  tous  des  acteurs  , devont  mettre  en acte  notre  vie  ,  et  à  l’  image des  artistes  , nous  sommes  artistes de  nos  vies…et  sommes  conviés  à nous  y  engager pleinement  conscient  de  ce devoir sacré  …

Et  ,  la philosophie  est  un  art  de  vivre …

 

 

Posté par clairelise dans Non classé | Pas encore de commentaires »

04-01-2008

Ecrire et me réecrire…

Immersion , je la désire…s’ immerger , se laisser engloutir , envelopper de sonorités…

Sonorité des mots , l’ essentiel du sens…

Sensation de ces sonorités éclatantes…

Sensations indéfinissables

Indéfinissable écho…résonnance musicale

Mélodie du sens …harmonie s’ écoulant au coeur de l’ être…

Le sens se donne dans l’ harmonie au – dela des mots,

L’ essentiel est dans la note …quel ton sera le plus mélodieux ..?

La vibration sublime s’ envolant , onde de mélodie qui m’ emporte …

L’ harmonie se livre à son oeuvre…dévoile sa beauté en profondeur…

Intensité de l’ harmonie , au coeur de l’ essentiel…

Les mots résonnent en moi , le  sens  , je  le  ressents …s’ imprégne ,  telle  une  mélodie…

Posté par clairelise dans Non classé | Pas encore de commentaires »

03-01-2008

De l’ Amour à mon Père…

J’ en suis encore et toujours à me questionner à ton sujet…

Je me sens attirée par Toi, cela tient de l’ inexplicable

J’ ai dans le coeur ,un sentiment trés doux

Je te cherche dans certains livres ..

Je ne comprends pas toujours si tu t’ y trouves …

Je ne m’ y retrouve pas…et tu ne peux être dans des écritures , uniquement …

Y es- tu seulement ne serait-ce qu’ un peu…?

Tu m’ aides à me regarder …à me voir telle que je suis…

Avec mes failles et mes blessures …mes enfermements …

Cela , n’ est pas forcément grave à tes yeux …

C’ est grâce à tout ce que je suis que je suis Ton enfant …

C’ est avec tout ce qui est en moi que je vais trouver mon chemin…

Un chemin qui me correspond…

Est – ce qu’ il T ‘ arrive de me punir …?

Je le comprends un peu autrement …

En fait , c’ est moi qui participe à ce qui advient…

Je ne peux tout prévoir , je ne suis qu’ une petite humaine

Ce que je sais , c’ est qu’ il y a toujours de Toi , un regard bienveillant …

Celui- là même qui me montre comment agir , quelle voie choisir …

C’ est à moi de trouver la volonté , la force de faire mienne cette disposition

Et , je ne suis pas toujours bien disposée

En fait , je crois que jamais tu ne me punis ,

Les événements qui traversent ma vie sont là pour m’ apprendre ..

M’ apprendre ce qu’ il est nécessaire que je sois en mesure de comprendre

Comprendre ce que je dois être , ce que mon être peut me révèler…

Laisser l’ être se révéler pleinement et me faire si petite que je ne puisse plus qu’ être Ton enfant…

J’ ai trouvé de magnifiques paroles dans certain livres…

Je les lis , et je laisse les mots et les pensées couler en moi…

Comment cela résonne en moi , parfois je n’ en suis pas pleinement consciente…

Ce qu’ il me semble , c’ est que ta parole est suffisante …

Et , c’ est dans mes actes , que je cherche à  m’ accorder à Ta parole, que j ‘ essaie d’ être Ton enfant …

 

Posté par clairelise dans Non classé | Pas encore de commentaires »

02-01-2008

Sacré …d’ où vient cette notion…?

Depuis  la  nuit  des  temps  ,  existe  cette perception particulière  au  coeur de l’  Homme..?

Ce  qui  est  sacré …

C’ est à  dire  …

Comment  est  née  cette  dimension…en  quelles  circonstances et  en  lien  avec  quel  éléments …?

C’  est  devenu familier   et courant …l’  usage  de ce terme…

En quel sens..quelle  signification lui  attribue- t-on…?

 » C »  est sacré pour moi »…il  nous  arrive  de le dire ..cela  fait référence  à quoi…

A  ce  qui  compte  le plus  à nos  yeux  ,  à  notre  coeur …

En  quel  sens cela  compte  -  t-il…?

Est-  ce  unique  et  complètement  irremplaçable …?

Est- ce commun  , mais  à  notre  coeur  ,  cela  prend  une  dimension inestimable…?

J’  aimerai connaître  ce  qui pour  les  premiers  humains  relevait du sacré …

Je  me dis  que le  feu  devait  détenir  une  valeur  importante…

Au  -  dela  de  cet  élément  naturel , existait- il  des valeurs  qui  étaient  reprèsentative   du  sacré…?

Posté par clairelise dans Non classé | Pas encore de commentaires »

La Cuisine de Fabienne |
Adresses utiles et animations |
Restauration Vespa Primavera |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | les ribotons
| LEGIO BURGUNDIAE sources
| mbokfrancois